La bourse de New York fait machine arrière face à trois opérateurs chinois

Spread the love
  • Yum

La bourse de New York fait machine arrière face à trois opérateurs chinois

Un pas en avant, deux pas en arrière. Après avoir annoncé le retrait de la cotation de trois opérateurs chinois – China Telecom, China Mobile et China Unicom Hong Kong – de sa cotation, la Bourse de New York (NYSE) vient de faire marche arrière sous la pression de Pékin.

La Bourse new-yorkaise entendait pourtant se conformer à un décret signé par le président américain sortant Donald Trump destiné à frapper les sociétés chinoises, soupçonnées de faire figure de menaces pour la sécurité nationale. Ce décret visait à interdire le commerce et l’investissement dans les entreprises considérées comme ayant des liens avec le complexe militaro-industriel chinois.

“Ces entreprises, bien qu’elles restent ostensiblement privées et civiles, soutiennent directement les appareils militaires, de renseignement et de sécurité de la RPC et contribuent à leur développement et à leur modernisation”, affirmait sans ambage l’administration Trump, qui a fait de la guerre commerciale avec la Chine son principal cheval de bataille sur la scène internationale.Il visait également à interdire le commerce de toute nouvelle entreprise placées sur la “liste noire” des autorités américaines, à l’instar des équipementiers chinois Huawei ou de ZTE.

publicité

La Maison Blanche se fait retoquer

Las pour la Maison Blanche, la Bourse de New York a finalement reculé sur ce projet. Un étonnant revirement qui doit beaucoup à la pression imposée par le régime chinois. Pour le régulateur chinois, cette tentative de radiation des trois opérateurs chinois présents sur les marchés boursiers américains était motivée par des raisons politiques et qu’elle ignorait les droits des investisseurs tout en portant gravement atteinte au marché.

Les autorités américaines ont ajouté que la taille des cotations sur les marchés américains est inférieure à 2,2 % du total des actions offertes, de sorte que l’impact direct de la radiation était “plutôt limité”. “Le rôle des États-Unis en tant que centre financier international repose sur la confiance des entreprises et des investisseurs mondiaux dans l’inclusivité et la certitude de ses règles et de ses institutions”, a déclaré Pékin.

“La récente décision de certaines forces politiques américaines de supprimer continuellement et sans fondement les sociétés étrangères cotées sur les marchés américains, même au prix d’un affaiblissement de leur propre position sur les marchés mondiaux des capitaux, montre que les règles et les institutions américaines peuvent devenir arbitraires, imprudentes et imprévisibles. Ce n’est certainement pas une démarche judicieuse”, condamne les autorités chinoises, qui ne font pourtant pas figure d’exemple dans ce domaine. De quoi nuire encore à la relation bilatérale entre les deux principales puissances mondiales.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: