Joe Biden reconnaît le génocide arménien, une première pour un président américain – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a reconnu officiellement le génocide arménien. Dans une déclaration solennelle, le président démocrate a admis samedi 24 avril que les massacres et déportations commis à partir de 1915, pendant la première guerre mondiale, par les Ottomans contre les populations arméniennes relevaient du génocide. « Chaque année en ce jour, nous nous souvenons de la vie de tous ceux qui sont morts lors du génocide arménien de l’ère ottomane et nous nous engageons à nouveau à empêcher qu’une telle atrocité ne se reproduise », a déclaré le président dans un communiqué publié à midi, heure américaine (18 heures à Paris). « Nous ne faisons pas cela pour blâmer mais pour nous assurer que ce qui s’est passé ne se répète jamais. »

« Renouvelons notre résolution commune d’empêcher que de futures atrocités ne se produisent partout dans le monde. Et poursuivons la guérison et la réconciliation pour tous les peuples du monde. Le peuple américain honore tous ces Arméniens qui ont péri dans le génocide qui a commencé il y a cent six ans aujourd’hui. »

Les présidents américains avaient toujours évité cette reconnaissance formelle pour ne pas irriter leur allié au sein de l’OTAN. Ronald Reagan avait fait référence le 22 avril 1981 au « génocide des Arméniens », qui fit plus de 1,5 million de victimes, mais il s’agissait d’une incise dans une déclaration commémorant les camps de la mort nazis. Barack Obama l’avait reconnu dans des déclarations de campagne, mais ne l’avait pas fait en tant que président lors de la célébration du centenaire des massacres en 2015. Une trentaine de pays, dont la France, l’Allemagne et la Russie, ont reconnu le génocide, selon l’Armenian National Institute de Washington.

Le président de la République turque, Recep Tayyip Erdogan, a réagi samedi en accusant des « tiers » de s’ingérer dans les affaires de son pays. « Personne ne profite du fait que les débats – qui devraient être tenus par des historiens – soient politisés par des tiers et deviennent un instrument d’ingérence dans notre pays », a-t-il déclaré dans un message adressé au patriarche arménien à Istanbul.

Selon la presse américaine, M. Biden a prévenu M. Erdogan, vendredi, de son geste à venir. Le sujet ne figure pas dans le compte rendu de l’entretien entre les deux hommes, le premier depuis que M. Biden a pris ses fonctions en janvier.

Déminer par avance la tension avec la Turquie

Il vous reste 60.48% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: