Joe Biden confirmé après une journée de chaos – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le vice-président américain, Mike Pence, et la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, au Capitole, le 7 janvier.

Ce devait être une journée historique mais peut-être pas dans ce sens-là. Elle restera comme celle où la démocratie américaine a été attaquée, avec la complicité de celui qui, tous les quatre ans, fait serment de la défendre, solennellement, main sur la Bible, sur les marches du Capitole, ce temple de la démocratie américaine envahi, mercredi 6 janvier, par une bande d’émeutiers dans l’espoir de changer le résultat des élections. Démocratie assaillie et sauvée, mais il s’en est fallu de peu. « Roosevelt avait décrit le 7 décembre 1941 (attaque de Pearl Harbour) comme la journée qui vivrait éternellement dans l’infamie, a déclaré le sénateur démocrate Chuck Schumer, quand le calme est revenu. Nous pouvons maintenant ajouter le 6 janvier 2021 à cette très courte liste de dates de l’histoire américaine qui resteront dans l’infamie. »

Effarés, les Américains ont vu des scènes sans précédent de manifestants encerclant le Congrès, qui n’avait jamais vu tel assaut depuis l’éphémère tentative des Britanniques, en 1814, de reprendre leur ancienne colonie. Dans un pays qui se vante d’avoir donné au monde la première passation de pouvoirs démocratique – quand George Washington, après deux mandats, a renoncé à se maintenir à la tête de l’Etat –, il faut imaginer l’humiliation des élus, des élites, et l’incrédulité générale de la population de voir leur pays, la première puissance du monde, donner un spectacle de « république bananière », comme l’a déploré l’ancien président George W. Bush.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Donald Trump, le président insurrectionnel

Quand le calme est revenu, les Américains ont appris qu’une partie de la classe politique, républicains compris, avait commencé à réfléchir à une mise en œuvre du 25e amendement de la Constitution, qui prévoit une mise à l’écart du président pour raisons de santé mentale, bien qu’il ne reste que quatorze jours avant la passation des pouvoirs. Après avoir, en quatre ans, perdu la Chambre, le Sénat et la présidence, le 45e président pourrait se voir privé de ses prérogatives, tout comme Twitter l’a privé temporairement de son compte – mégaphone pour incitation à la violence.

« Manifestation pour sauver l’Amérique »

Dès le mois de décembre 2020, Donald Trump avait donné rendez-vous à ses partisans le 6 janvier à 11 heures pour un « grand rassemblement » contre « la plus grosse ARNAQUE dans l’histoire de notre nation » : sa défaite par plus de 7 millions de voix. Selon l’Electoral Count Act, qui fixe la procédure de décompte des résultats dans les moindres détails, c’est la date à laquelle doivent se réunir les deux chambres du Congrès tous les quatre ans, pour proclamer solennellement les résultats de l’élection de novembre. La loi fixe même l’heure de la session : 13 heures.

Il vous reste 78.69% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: