Tout est possible sur Internet donc il n’est pas surprenant de voir autant de gens parler du pénis du PDG d’Amazon, Jeff Bezos. Bref, nous en sommes là, sur le point de vous expliquer le rapport entre le pénis de M. Bezos et le tabloïd The National Enquirer, et la possible machination politique derrière.

Le PDG d’Amazon a fait trembler la Silicon Valley jeudi après-midi en publiant sur Medium un article sur son blog, détaillant ce qu’il prétend être une tentative de chantage de la part du célèbre tabloïd National Enquirer.

Apparemment, National Inquirer aurait obtenu des photos compromettantes de Bezos ainsi que des photos de Lauren Sanchez, une journaliste avec qui Bezos avait une liaison. Le tabloïd menace de publier ces photos à moins que Bezos ne déclare publiquement que l’enquête sur sa vie personnelle menée par American Media Inc (AMI)., société mère de National Enquirer, n’a jamais été “politiquement motivée ou influencée par des forces politiques“. 

Jeff Bezos aurait-il une véritable arme politique ?

Alors, qu’est-ce qui fait de l’outil du PDG d’Amazon une arme politique ? Il s’agit d’un réseau compliqué impliquant la vie sexuelle de Jeff Bezos, le président Donald Trump, l’Arabie Saoudite, le journaliste assassiné Jamal Khashoggi et David Pecker, le PDG d’AMI.

Bezos est en instance de divorce, et récemment le National Enquirer a publié des textes qu’il avait envoyés à sa nouvelle petite amie, la journaliste Lauren Sanchez. Bezos a lancé sa propre enquête sur la façon dont l’Enquirer a obtenu ces textes en premier lieu, et figurez-vous qu’il y aurait des signes d’une motivation politique derrière toute cette affaire.

Vous voyez, Bezos possède le Washington Post, et ce journal et lui sont régulièrement critiqués par le président Donald Trump. Jamal Khashoggi était chroniqueur au Washington Post, et le journal continue d’enquêter sur les circonstances de son assassinat et ses liens avec les autorités saoudiennes.
jeff bezos Jeff Bezos n’est pas seulement PDG d’Amazon, mais aussi propriétaire du Washington Post. Getty Images
David Pecker, PDG de AMI et propriétaire de National Enquirer, est un ami proche et un allié de Trump, et aurait des intérêts commerciaux en Arabie Saoudite. AMI est impliqué dans une controverse juridique impliquant l’utilisation de tactiques douteuses : le journal AMI achète les droits exclusifs de publication sur une information avec pour seul objectif d’en étouffer l’histoire. Par exemple les histoires galantes du Président Donald Trump avec une femme avant sa campagne présidentielle.

Bref, les domaines de la technologie, du journalisme, des mœurs sexuelles et de la politiqu sont tous liés de façon plutôt inquiétante à un seul individu riche et puissant : Jeff Bezos. Mais malgré tout cela, et malgré toutes les critiques que Bezos reçoit à juste titre (notamment les pratiques de travail d’Amazon contraires à l’éthique), ses ennemis qui cherchent à lui faire honte l’ont en quelque sorte rendu plus sympathique que jamais.

Un photo à poil, l’image de Jeff Bezos au poil ?

Dans l’ère numérique moderne, nous devons sacrifier un peu (voire beaucoup) notre vie privée et notre sécurité. De plus en plus de photos osées sont envoyées (on ne vous juge pas !), mais cela entraîne bien évidemment de plus en plus de risques de vengeance pornographique ou de chantage.

Le PDG d’Amazon ne s’est pas laissé faire et semble maintenant plus humain que jamais. Si la position de Bezos sur le prétendu chantage peut susciter la sympathie de nombreuses personnes ordinaires, parler des “motivations politiques” pourrait bien exacerber les tensions entre Bezos, Amazon et l’administration Trump, à un point qui pourrait avoir toutes sortes de répercussions impossibles à prévoir pour le moment.

Si vous pensiez que 2018 était une année de politique, de technologie et de guerre de l’information, alors accrochez-vous, nous ne sommes qu’en février.