Jean-Paul Delevoye reconnaît finalement 13 mandats sur sa déclaration d’intérêts, avec des salaires révisés à la hausse – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, lors d’une conférence de presse au ministère de la santé à Paris, le 9 décembre.

Treize mandats au total, dont onze toujours actifs, contre seulement trois initialement déclarés, et des salaires révisés à la hausse…

Le Monde a pu consulter la nouvelle version de la déclaration d’intérêts envoyée dans la soirée du vendredi 13 décembre par Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux retraites, à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

M. Delevoye, « ministre des retraites » du gouvernement d’Edouard Philippe depuis septembre, est dans la tourmente depuis qu’une première version de sa déclaration d’intérêts, mise en ligne samedi 7 décembre par la HATVP, a fait apparaître une série d’omissions et de points problématiques.

Depuis 2013, la loi oblige tout ministre à indiquer à l’autorité garante de la probité des responsables publics, d’une part, sa situation patrimoniale, et d’autre part, ses responsabilités présentes et passées, si celles-ci sont susceptibles de présenter un risque de conflits d’intérêts et d’influencer sa prise de décisions futures.

Lire notre enquête : Les oublis en série de Jean-Paul Delevoye sur sa déclaration d’intérêts

Manquements

« Quand je suis devenu haut-commissaire au gouvernement, j’ai été extrêmement attentif à ma déclaration de patrimoine et ayant toujours considéré que le déclaratif devait être contrôlé par des personnes assermentées, j’ai fait appel à un expert-comptable, explique M. Delevoye dans un entretien accordé au Monde, samedi 14 décembre. J’avoue ne pas avoir porté la même attention à ma déclaration d’intérêts, sans doute parce que j’avais le sentiment de ne pas avoir de conflits d’intérêts et parce que j’étais obnubilé par ma déclaration de patrimoine. »

Dans sa déclaration d’intérêts rectifiée tout juste transmise à la HATVP, l’artisan du projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement s’emploie à corriger les manquements et problèmes révélés depuis lundi 9 décembre dans sa déclaration initiale.

En résumé, plusieurs mandats bénévoles susceptibles de générer des conflits d’intérêts avaient été omis, comme l’avaient révélé tour à tour Le Parisien, Capital et Le Monde ; la case « activités professionnelles rémunérées » actuelles ou exercées au cours des cinq années précédentes comportait aussi des omissions.

Surtout, la mention d’une fonction de président d’honneur d’un think tank (Parallaxe) adossé à un groupe d’enseignement supérieur et de formation (IGS), maintenue après son entrée au gouvernement en septembre, révélait un problème : le ministre avait été payé pendant environ trois mois pour une fonction annexe, un fait interdit par la Constitution. L’article 23 proscrit en effet « tout emploi public ou toute activité professionnelle » aux membres du gouvernement durant leur mandat.

Leave a Reply