Jean-Luc Mélenchon sème le trouble avec ses déclarations à propos des attentats et « événements gravissimes » précédant les élections – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de l’émission « Questions politiques », dimanche 6 juin.

C’est ce que l’on appelle un « dérapage » : quand un personnage politique de premier plan est l’auteur d’une déclaration qui a une déflagration telle qu’elle peut ostraciser ou, dans les cas les moins graves, handicaper durablement son auteur. C’est ce qu’il s’est passé dimanche 6 juin pour Jean-Luc Mélenchon. Invité de Questions politiques sur France inter, dont Le Monde est partenaire, le candidat à la présidentielle a affirmé qu’à chaque élection présidentielle, un événement « gravissime » venait perturber le jeu. Ajoutant même que « tout ça, c’est écrit d’avance ».

Alors que le leader de La France insoumise (LFI) disait que « dans tous les pays du monde, ils ont inventé un type comme ça [comme Emmanuel Macron en 2016] qui ne sortait de rien et qui était porté par un système oligarchique », il précise alors sa pensée.

« Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Cela a été Merah en 2012. Cela a été l’attentat la dernière semaine sur les Champs Elysées. Avant, on avait eu Papy Voise dont plus personne n’a jamais entendu parler après. Tout ça, c’est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau. Nous aurons l’événement gravissime qui va une fois de plus, permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile. Voilà, c’est bateau tout ça. »

En mars 2012, le terroriste islamiste Mohammed Merah a tué sept personnes (trois militaires à Toulouse et Montauban, trois enfants juifs et un enseignant d’un établissement privé juif à Toulouse). Il fut abattu par le RAID lors d’un assaut dans la Ville Rose.

Paul Voise, un retraité de 72 ans, avait été agressé à son domicile à quelques jours de la présidentielle de 2002. Ce fait divers sera largement couvert par des chaînes de télévisions, certains y voyant l’une des raisons de l’échec du socialiste Lionel Jospin lors du premier tour le 21 avril, et la qualification de Jean-Marie Le Pen, le candidat du Front national (extrême droite) face au sortant Jacques Chirac. En 2005, « l’affaire Voise » se conclut par un non-lieu.

Enfin, l’attentat sur les Champs-Elysées dont parle M. Mélenchon, a eu lieu le 20 avril 2017. L’islamiste Karim Cheurfi avait alors tiré avec une kalachnikov sur un fourgon de police, tuant le conducteur, Xavier Jugelé, et blessant deux autres policiers avant d’être abattu. Une passante avait été touchée. Hasard du calendrier : le procès de cet attentat s’ouvre lundi 7 juin devant la Cour d’assises spéciale de Paris.

Il vous reste 62.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: