« Je suis abattu ». Organiste de chœur à Notre-Dame, Johann Vexo est encore hagard, stupéfait de la tournure d’une soirée qu’il ne peut expliquer. « Cela fait 15 ans que je suis organiste à Notre-Dame, je n’aurais jamais cru vivre ça ». Passé par le conservatoire de Paris et organiste titulaire à la cathédrale Notre-Dame-de l’Annonciation à Nancy, Johann Vexo officiait lundi durant la messe de 18 h 15. « Une alarme incendie s’est déclenchée vers 18 h 30. C’était la première fois que je l’entendais et nous ne savions pas ce que c’était. On nous a expliqué ce que c’était et Notre-Dame a été évacué.  J’étais avec une chanteuse. Nous avons pensé à un dysfonctionnement du PC sécurité et nous sommes rentrés à nouveau dans la cathédrale ».

Les minutes s’égrainent, sans que l’organiste nancéien ne se doute de quelque chose. « Nous étions toujours persuadés qu’il s’agissait d’un dysfonctionnement », appuie-t-il avant d’expliquer qu’il n’a rien constaté d’anormal avant de quitter les lieux. « La messe a été annulée et je suis parti vers 18 h 45. Je n’ai vu ni fumée, ni feu, ni pompiers ». Habitant à une dizaine de minutes des lieux, il est averti de l’incendie quelques minutes après par un ami. « C’est là que j’ai vu les flammes par la fenêtre de mon appartement. J’étais anéanti ».

La suite est un cauchemar éveillé pour Johann qui a voulu se rendre sur les lieux pour finalement s’arrêter place du Châtelet et y rester deux minutes. « C’était trop difficile. J’ai passé des jours et des nuits à travailler à Notre-Dame ».

Johann n’a pas pu voir ses instruments depuis qu’il a quitté l’Ile de la Cité. « A priori, ils ont pu échapper au massacre » explique-t-il sans être soulagé pour autant. « Je suis révolté. Nous sommes en 2019, d’autres précautions auraient du être prises ! Il y a deux personnes au PC sécurité qui se relaient. Je ne sais pas ce qui a pu se passer… ».