“J’avais lancé des alertes, des dizaines”, regrette l’ex-femme du forcené du Puy-de-Dôme – LCI

Spread the love
  • Yum

TÉMOIGNAGE – Dans une interview au Dauphiné Libéré, l’ex-femme du forcené du Puy-de-Dôme qui a tué trois gendarmes le 23 décembre indique qu’elle avait alerté les autorités sur sa dangerosité. “Si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là”, regrette-t-elle.

“Beaucoup de gens savaient qu’il avait un problème (…) Personne n’a rien fait.” L’ex-femme du forcené du Puy-de-Dôme, qui a tué trois gendarmes dans la nuit de mardi à mercredi dernier avant d’être retrouvé mort, explique dans une interview au Dauphiné Libéré qu’elle a, à de nombreuses reprises, tenté d’alerter sur le comportement dangereux de cet homme de 48 ans, adepte du survivalisme et catholique très pratiquant.

“J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux”, assure-t-elle. Selon elle, Frédérik Limol avait changé de comportement et était devenu violent en 2012, au moment de sa grossesse. “C’était le prince charmant, bien sous tous rapports”, puis il a participé à des stages de survie, a redouté la fin du monde, a acheté des armes, a constaté celle qui est aujourd’hui installée à Privas (Ardèche). “Il a essayé de m’étrangler, j’ai pu me sauver”, “je croyais qu’il nous tuerait tous”, raconte-t-elle dans l’interview

“On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer”

L’ex-épouse déclare avoir signalé son comportement à la police, la gendarmerie, l’Aide sociale à l’enfance. Elle a même écrit à l’ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa. “Rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer”, regrette celle qui a elle-même été victime de menaces de mort, et dont les plaintes ont été classées sans suite. “Il y a quatre orphelins aujourd’hui et, si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là. J’ai tout essayé.”

Lire aussi

Depuis qu’ils étaient séparés, Frédérik Limol “a multiplié les procédures judiciaires pour mettre en difficulté” son ex-femme, avec qui il a eu une fille aujourd’hui âgée de 7 ans, indique son avocat, maître Wissam Bayeh. Ainsi, même s’il a été “déchu de son autorité parentale au moment du divorce, où il ne s’est pas présenté”, il continuait de visiter sa fille de façon impromptue. L’ex-femme du forcené assure avoir alerté sa nouvelle femme du comportement violent de son mari, mais indique qu’elle ne l’a pas crue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Nouvelle souche du Covid-19 : un premier cas détecté en France

EN DIRECT – Covid-19 : plusieurs cas du variant britannique détectés en Espagne

Coronavirus : la vaccination est de moins en moins acceptée

“J’avais lancé des alertes, des dizaines”, regrette l’ex-femme du forcené du Puy-de-Dôme

CARTE – Covid-19 : à quel stade en est l’épidémie dans votre département à la veille de la campagne de vaccination ?

Leave a Reply

%d bloggers like this: