Intel présente un nouveau système neuromorphique

Si la recherche en intelligence artificielle s’attache pour l’essentiel a tenter de reproduire des formes “d’intelligence humaine” (et on en est encore très loin) via des logiciels, une sous-discipline, la neuromorphique, prétend elle reproduire le fonctionnement du cerveau en s’éloignant de l’informatique classique.

D’où un vocabulaire particulier quand il s’agit de parler de puissance. Intel vient donc de présenter un système matériel comprenant jusqu’à 64 puces “Loihi”, de quoi proposer 8 millions de neurones artificiels. Avec cette puissance, la plate-forme neuromorphique d’Intel « Pohoiki Beach » a pour but de dépasser les les limites des processeurs classiques pour certains types de calculs liés à l’apprentissage automatique.

“La poursuite des gains de puissance et de performance rendus possibles par la loi de Moore exigera plus qu’une simple mise à l’échelle continue des nœuds de processus. Alors que les nouvelles charges de travail informatiques complexes deviennent la norme, il y a un besoin croissant d’architectures spécialisées conçues pour des applications spécifiques” mentionne Intel au sujet de cette initiative.

Vers 100 millions de neurones

Les partenaires de recherche d’Intel ont reçu cette nouvelle plateforme pour l’évaluer. Pohoiki Beach embarque deux cartes “Nahuku” dotées de 8 à 32 processeurs Loihi. Ces deux cartes de 32 puces donc peuvent être couplées pour proposer 64 processeurs. Et donc 8 millions de neurones artificiels.

Contrairement aux processeurs classiques, les systèmes neuromorphiques traitent les données sans découpage de l’information. D’où un gain d’efficience sur certains workload (analyse d’image, suivi et/ou reconnaissance des sujets en temps réel) et pour certains types d’application (médical, robotique).

Intel prévoit de livrer avant la fin de l’année une nouvelle version de da plateforme avec 100 millions de neurones.

Pour aller plus loin