Insultes racistes visant une caissière de Carrefour : la cliente du magasin en garde à vue – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Deux jours après l’annonce d’un dépôt de plainte par le groupe Carrefour, la femme soupçonnée d’avoir proféré des injures racistes à l’encontre d’une caissière d’un magasin d’Annemasse (Haute-Savoie) a été placée en garde à vue, a indiqué lundi le procureur de Thonon. « La personne mise en cause, convoquée ce jour par les enquêteurs, s’est présentée au commissariat en fin d’après-midi. Elle a été placée en garde à vue », indique Bruno Badré.

La chaîne de supermarchés Carrefour avait annoncé samedi qu’elle portait plainte après qu’une caissière du géant de la grande distribution eut été la cible d’injures racistes proférées par une cliente, selon une vidéo postée vendredi dernier et partagée sur les réseaux sociaux. « Sale négresse, sale noire », avait notamment lancé la cliente, en quittant le magasin en colère avec un bébé dans une poussette.

VIDÉO. Une cliente profère des insultes racistes envers une employée, Carrefour porte plainte

« Solidarité avec notre collègue injuriée. Ces propos racistes sont inacceptables. Nous les condamnons très fermement et portons plainte », avait réagi l’enseigne dans la foulée sur Twitter.

Dans la journée de samedi, un message audio attribué la cliente mise en cause a été diffusé sur ce même réseau social dans lequel elle expliquait avoir été elle-même insultée par la caissière, en se défendant d’être raciste. « Je suis de conviction musulmane, je suis Africaine comme elle (la caissière, NDLR), mais le problème c’est qu’il faut qu’ils arrêtent de se cacher derrière leur pseudo-racisme, alors que ce sont eux qui attaquent les gens », affirme-t-elle.

Une condamnation par le maire de la ville d’Annemasse

Le maire de la ville d’Annemasse, Christian Dupessey, a exprimé sur le même réseau social sa « ferme et totale condamnation » et assure qu’il sera « aux côtés de la victime qui porte plainte ». De même, l’élu avait invité les internautes à « ne pas propager la haine en diffusant la vidéo ». La vidéo avait suscité une vague d’indignation sur Twitter, le hashtag #Annemasse faisant partie des plus discutés dans la journée de samedi.

Cette affaire n’est pas sans rappeler une agression survenue le 30 mai à Cergy lors de laquelle un homme a tenu des propos violents et racistes contre un livreur, suscitant l’indignation et l’ouverture d’une enquête. L’homme de 24 ans, arrêté puis placé en garde, avait été déferré en comparution immédiate pour violences à caractère raciste. Le tribunal judiciaire de Pontoise a renvoyé l’audience au 8 juillet.

Leave a Reply

%d bloggers like this: