Inondations en Allemagne : l’urgence climatique s’invite au cœur de la campagne des législatives – franceinfo

Spread the love
  • Yum

Les prétendants à la succession d’Angela Merkel rivalisaient déjà de “promesses vertes” dans la campagne pour les législatives du 26 septembre. Les inondations meurtrières qui frappent, depuis le jeudi 15 juillet, l’ouest de l’Allemagne accentuent encore l’enjeu de l’urgence climatique pour les candidats. A l’heure où le pays est encore sous le choc d’une tragédie qui a fait au moins 103 morts et de nombreux disparus, la question n’est pas encore ouvertement évoquée. Un député écologiste, qui dès les premières heures du drame, avait attaqué les politiques des partis concurrents sur le climat, a dû effacer son tweet, perçu comme une récupération scandaleuse.

>> Suivez les dernières informations sur les inondations en Allemagne dans notre direct.

Les responsables politiques allemands de tout bord ont immédiatement mis en cause les conséquences du réchauffement climatique, une célérité nouvelle parmi les caciques du parti conservateur (CDU), comme le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer. Cette figure de la formation d’Angela Merkel a martelé que l’Allemagne doit “se préparer beaucoup mieux” aux bouleversements climatiques. “Ce n’est que si nous nous engageons résolument dans la lutte contre le changement climatique que nous serons en mesure de maîtriser les conditions météorologiques extrêmes comme celles que nous connaissons actuellement”, a déclaré de son côté le président, Frank-Walter Steinmeier, dont le rôle politique est largement symbolique.

Cette situation peut-elle rebattre les cartes du jeu politique, à moins de trois mois des élections législatives du 26 septembre ? Avant ce drame, “la CDU était en tête à 28-30% selon les sondages, suivie des Verts, entre 17 et 20%, en baisse par rapport au début de la campagne électorale, et du SPD, entre 15 et 18%. Donc Armin Laschet, le candidat de la CDU, est bien parti pour devenir chancelier”, contextualise pour franceinfo Paul Maurice, chercheur au Comité d’études des relations franco-allemandes à l’Institut français des relations internationales, tout en rappelant l’importance des coalitions dans le système politique local.

Il est encore trop tôt pour savoir si ces inondations inciteront davantage d’électeurs à se tourner vers les Verts, d’autant plus que “ces thématiques ont infusé chez les autres partis politiques”, observe le chercheur. Ce dernier note cependant que la catastrophe de Fukushima en 2011 “avait eu des conséquences en Allemagne : les Verts avaient pris le pouvoir en Bade-Wurtemberg et fait un très score à la mairie de Brème. Leurs scores historiquement hauts avaient poussé Angela Merkel à accélérer la sortie du nucléaire”.

Ces intempéries rappellent également un autre moment politique de l’histoire allemande. “Au moment des inondations de l’Elbe en 2002, Gerhard Schröder était venu sur place avec son ciré et ses bottes. Tout le monde dit aujourd’hui que c’était un moment fort de sa campagne et que cela lui avait permis de se relancer et de gagner”, retrace Paul Maurice. 

C’est peut-être avec ce précédent en tête qu’Armin Laschet, favori des sondages et dirigeant d’une des régions les plus touchées, la Rhénanie du Nord-Westphalie, s’est rendu sur place pour visiter les zones inondées, bottes aux pieds. “Est-ce que cela va le servir ou le desservir ? Va-t-il profiter de cette exposition médiatique ?”, s’interroge Paul Maurice, avant d’inviter à patienter. “Si les élections avaient lieu dans 15 jours, cela aurait peut-être un impact, mais il faut voir sur le long terme”, analyse-t-il.

Leave a Reply

%d bloggers like this: