L’ancien chef de l’organisation séparatiste basque ETA, Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, plus connu sous le nom de Josu Ternera , a été arrêté ce matin à Sallanches, en Haute-Savoie, selon une information du ministère espagnol de l’Intérieur, relayée par l’AFP.

Agé de 68 ans, et soupçonné d’être impliqué dans un attentat à Saragosse en Espagne, l’homme était en cavale depuis 2002. L’homme est actuellement en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Sallanches, selon les éléments recueillis par Le Dauphiné libéré.

La coopération judiciaire franco-espagnole a porté ses fruits. Si l’annonce de l’arrestation de l’ancien leader de l’ETA a été faite par le ministère de l’Intérieur espagnol, en France, le dossier est instruit par le parquet anti-terroriste de Paris, en lien étroit avec la justice haut-savoyarde. Le procureur de la République de Bonneville, Patrice Guigon, se refuse à tout commentaire.

Le quotidien espagnol donne quelques détails quant à l’arrestation de l’ancien chef de l’ETA :

« José Antonio Urrutikoetxea, alias Josu Ternera, a été arrêté ce jeudi 16 mai à sept heures du matin alors qu’il quittait son domicile dans la localité de Sallanches, dans les Alpes françaises. L’arrestation a eu lieu alors qu’il se rendait dans un centre hospitalier proche pour être soigné d’une grave maladie dont il souffre depuis des années, précisent les sources consultées. Le chef politique de l’ETA, 68 ans, était en fuite depuis 17 ans.

L’opération, à laquelle a participé les services de renseignement français (DGSI), a été baptisée Opération Enfance volée, en référence à la mort d’enfants dans la maison de caserne de Saragosse, attentat pour lequel l’homme était recherché et dans lequel 11 personnes ont été tuées, six d’entre elles mineures, en 1987. Ternera a en outre un mandat d’arrêt émis par le tribunal correctionnel de Paris qui l’a condamné le 1 juin dernier à huit ans de prison comme chef de gang terroriste, selon des sources judiciaires françaises. »

Selon le Parisien, son fils, Egoitz Urruticoechea Lasquibar, avait été interpellé en 2015 en Saint-Saint-Denis.

DANS LE RÉTRO

Ce n’est pas la première fois que les activités du groupe séparatistes basques se manifestent dans les Alpes :

– en 2009, plusieurs personnes avaient été interpellées en Maurienne (Savoie)

– auparavant, c’est tout près de Grenoble, à Veurey-Voroize, qu’un commando s’était mis en évidence, en volant 1,6 tonnes d’explosifs dans une carrière en 2001.

Publié le 16/05/2019 à 10:48 |Mis à jour il y a environ 1 heures |