Originaire du nord de la France, l’homme de 35 ans se cachait dans une forêt du nord de l’île de Lombok, voisine de Bali. Ce sont les renseignements des habitants qui ont permis aux autorités de le retrouver. Après une visite médicale, le suspect a retrouvé la prison de Mataram, dont il s’était échappé. Le Français, pieds nus et habillé d’un vêtement noir taché, semblait amaigri et fatigué, selon des images tournées par des journalistes locaux.

Interpellé fin septembre à l’aéroport de Lombok avec plusieurs types de drogues – dont de la cocaïne, de l’ecstasy et des amphétamines – dissimulées dans une valise à double fond, Félix Dorfin risque une lourde condamnation, voire la peine de mort. Une perspective que son évasion n’arrange pas, puisqu’il s’agit d’une circonstance aggravante.

« Coursier professionnel », d’après les autorités indonésiennes, le trentenaire avait déjà essayé de s’enfuir lors de son arrestation. Les circonstances de sa fuite réussie ne sont, elles, pas encore connues. La police avait précédemment expliqué que les barreaux de sa cellule avaient été sciés, ce qui lui aurait permis de quitter le centre de rétention à l’aide de tissus et de rideaux attachés.

Une policière, responsable de ce même centre de rétention, a été arrêtée le 1er février. Plus de 1 000 dollars ont été versés sur son compte, dont au moins 500 en provenance de la mère du suspect. Cette dernière « a reconnu avoir fait un versement », mais seulement « dans le but d’améliorer les conditions de détention de Félix Dorfin », a indiqué une source proche du dossier à l’AFP. Ces fonds ont servi à fournir au trafiquant de drogues présumé un téléphone et une couverture qu’il a pu utiliser pour s’échapper, selon les autorités.
 

(Avec AFP)