Indignation après une fête géante improvisée au parc des Buttes-Chaumont – Libération

Spread the love
  • Yum

Alors que la France rouvre timidement les portes de ses écoles ce lundi, après trois semaines de fermeture, ce sont des images d’un autre temps qui ont été filmées dimanche au parc des Buttes-Chaumont, dans le XIXe arrondissement de Paris. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées en milieu d’après-midi pour participer à une fête à ciel ouvert où les masques sont visiblement tombés aussi vite que la distanciation sociale. Actuellement, le port du masque est pourtant obligatoire dans l’espace public à Paris et les rassemblements de plus de six personnes interdits partout en France.

C’est «une petite fête entre jeunes un dimanche ensoleillé, où tout le monde a besoin d’évacuer la semaine qui vient de se passer. En période de Covid, voir un peu de gens, ça nous rappelle des souvenirs d’avant, ça remonte le moral !» témoigne un participant, dans une vidéo diffusée sur Twitter par le journaliste indépendant Clément Lanot, qui décrit une «discothèque à ciel ouvert».

Un anniversaire à l’origine de l’attroupement

Selon les informations de BFM TV, un anniversaire fêté par un groupe d’amis au parc serait à l’origine de cet attroupement. Alors qu’une personne aurait monté le son des enceintes qu’ils utilisaient, la musique aurait attiré d’autres jeunes, qui les auraient rejoints pour danser. Selon les images du journaliste de Brut Rémy Buisine, il aura fallu attendre l’approche du couvre-feu, à 19 heures, pour que les gardiens des Buttes-Chaumont interviennent et demandent aux fêtards d’évacuer les lieux à coups de sifflet.

Dans cet espace vert très fréquenté de la capitale, une scène similaire avait déjà été filmée la veille par Taha Bouhafs, journaliste pour le Média. Si certains ont plaidé sur les réseaux sociaux que les contaminations sont moins fréquentes en extérieur, c’est surtout une profonde indignation qui s’est exprimée dimanche, alors que 6 000 personnes sont toujours en réanimation et plus de 30 000 hospitalisées. «Voir ça quand tu sors de garde où tu as signé trois certif de décès (59, 62 et 63 [ans]), remplis aussitôt les lits laissés vides», a dénoncé le réanimateur Matthieu Jamme, sur Twitter, dans un post partagé des milliers de fois.

«100 000 morts vous regardent»

Parmi les consternés, Laurent Boyet, le président de l’association les Papillons, qui lutte contre les violences faites aux enfants, a tweeté : «100 000 morts vous regardent. Des dizaines de milliers de malades hospitalisés vous haïssent. Des milliers de soignants épuisés vous maudissent. Mais, dansez maintenant !!!!!» Interrogé ce lundi matin par France Info, Mounir Mahjoubi, député LREM de Paris et ex-secrétaire d’Etat chargé du Numérique, a commenté : «Cela m’inspire beaucoup de consternation et beaucoup de tristesse.»

Conscient qu’«il y a une lassitude, mais elle est chez tout le monde», il ajoute : «J’ai peur pour leur famille, leurs amis, leurs collègues, leurs voisins. Aujourd’hui, ils ont mis en danger tous les gens qui leur sont chers.» L’ancien bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, a salué les contrevenants d’un «Magnifique ! Bravo !» sur Twitter.

Leave a Reply

%d bloggers like this: