Incendie OVHcloud : Le plan de bataille de l’entreprise pour faire face à l’avenir et à ses clients

Spread the love
  • Yum

Incendie OVHcloud : Le plan de bataille de l'entreprise pour faire face à l'avenir et à ses clients

MAJ 11/03/2021 18h02 :C’est un onduleur qui serait à l’origine du sinistre selon une déclaration faite par Octave Klaba en fin d’après-midi.

Suite au sinistre, de nombreuses questions demeurent. Mais déjà, les clients et OVHcloud parent au plus pressé. Le point sur la situation.

publicité

Que s’est-il passé dans le centre de données d’OVHcloud la nuit du 10 mars 2020 ?

« Le mercredi 10 mars 2021 à 00h47, un incendie s’est déclaré dans une pièce de l’un de nos quatre datacenters OVHcloud à Strasbourg (SBG2) », indique dans un communiqué l’entreprise. OVHcloud occupe à Strasbourg un ancien site du sidérurgiste ArcelorMittal, situé dans le quartier du Port du Rhin. Les quatre datacenters de l’entreprise sont collés les uns aux autres sur le site. Sur la plateforme http://travaux.ovh.net/, le premier incident concernant le site est noté cette nuit-là à 00h42.

Le feu a détruit en grande partie le datacenter SBG2 et a partiellement endommagé le SBG1 (4 des 12 pièces détruites). Les deux autres datacenters OVHcloud de Strasbourg n’ont pas été touchés par l’incendie. « Les serveurs SBG3 et SBG4 sont actuellement éteints mais non endommagés », rassure OVHcloud. Les salles réseau ont elles été épargnées.

Quelle est la cause de l’incendie ?

« La cause de l’incendie n’a pas encore été établie et une enquête a été lancée comme mandatée par les autorités », relève l’entreprise. Restent les hypothèses.

Un dispositif de détection des feux est installé dans le datacenter, « et des exercices anti-incendie y sont réalisés tous les 6 mois », mentionne le Journal Du Net, qui s’interroge sur son bon fonctionnement et le respect des procédures. « Les centres de données d’OVHCloud à Strasbourg ne sont pas dotés de réseaux d’extinction. Ils ne sont pas équipés de gicleurs d’eau comme c’est le cas dans les datacenters d’OVHcloud à Beauharnois au Canada, ni de brumisateurs haute pression permettant de résorber les flammes tout en protégeant les machines contre l’eau, ni de gaz inerte », précise également le site. Le gaz inerte a pour fonction de vider les salles serveurs de l’oxygène présent pour étouffer l’incendie et éviter une propagation.

A noter qu’en 2017, le datacenter de Strasbourg d’OVHcloud avait subi une panne d’alimentation aux répercussions considérables pour les clients de l’entreprise.

Quel est l’impact du sinistre sur les clients de l’entreprise ?

Le feu s’est déclaré dans le datacenter SBG2, et les flammes sont montées à plusieurs dizaines de mètres dans ce local qui possède une capacité de 12 000 serveurs. Il abrite une partie de l’offre Hosted Private Cloud, qui vise les grands clients d’OVHCloud. Cette solution de cloud privé est infogérée par les équipes d’OVHcloud.

SBG2 héberge également des serveurs dédiés utilisés par de nombreux sites web français. 3,6 millons de sites web représentant 464 noms de domaines distintcs – donc en incluant les sous-domaines – se sont retrouvés hors ligne, selon Netcraft. « Plus de 18 % des adresses IP attribuées à OVH dans notre dernière Web Server Survey publiée il y a deux semaine ne répondaient plus hier entre 7h et 8h du matin », indique Netcraft. Le site Downdetector recense de très nombreux rapports d’erreur.

Pour les clients de la société dont les systèmes ont été touchés par l’incendie, les fortunes sont diverses. Pour ceux qui n’avaient pas de sauvegarde, c’est simple, tout est perdu.

« Je n’ai pas de PRA mais j’ai un serveur de backup chez OVH et une autre sauvegarde chez moi en local », explique le DSI d’une entreprise dont les services ont été touchés par l’incendie. « Là c’est plutôt mal tombé parce que la sauvegarde automatique devait être effectuée dans la nuit. Donc on a perdu une journée de données. »

« Je me suis aperçu du problème hier matin au réveil parce que certains e-mails automatiques n’étaient pas arrivés. Le système d’alarme n’a pas fonctionné, car il était dans le datacenter d’OVHcloud. J’ai pris la décision de remonter les serveurs ailleurs que chez OVHcloud à partir de la backup que j’avais chez eux. » Une backup située sur un autre site d’OVHcloud donc. « J’ai réussi à faire repartir les services les plus critiques en moins de quatre heures. Ca a été un peu compliqué parce que les noms de domaines et la console de gestion chez OVH ne marchait plus. » L’étendue des dégats pour les clients dépend donc surtout de la présence et du lieu des sauvegardes.

OVHcloud craint aussi qu’à la suite du sinistre, de nombreuses tentatives d’escroquerie soient tentées en direction de leurs clients. « Nous demandons à nos clients de faire preuve de prudence quant aux e-mails qu’ils reçoivent : en temps de crise, il est courant que les activités malveillantes (phishing, spam, etc.) augmentent. Il est plus important que jamais de rester vigilant », prévient la société à ce sujet.

Quelles sont les priorités d’OVHcloud dans les jours qui viennent ?

Octave Klaba indique qu’un plan d’action est déployé pour les deux semaines à venir. La priorité porte sur la remise en service de l’alimentation électrique du datacenter SBG3 (de 20 kWh), mais aussi celles de SBG1 et de SBG4 (de 240 kWh). Les équipements d’une des salles réseau de SBG1 seront également vérifiés. Afin d’assurer la continuité de service, OVHcloud assure travailler « sur un plan de relance des datacenters non affectés (SBG3 et SBG4), du datacenter partiellement affecté (SBG1), ainsi que de notre réseau, le plus rapidement possible ».

« Nous prévoyons de redémarrer les centres de données SBG1 et SBG4, et leur réseau associé, d’ici lundi 15 mars prochain, et SBG3 d’ici le vendredi 19 mars », indique Octave Klaba sur Twitter. « Sur nos datacenters de Roubaix et Gravelines, nous disposons d’un stock de nouveaux serveurs prêts à être délivrés à l’ensemble des clients impactés. Evidement gratuitement. Nous acheminerons 10 000 serveurs dans les trois à quatre prochaines semaines. »

OVHcloud promet aussi de « réserver les infrastructures de nos autres datacenters pour nos clients affectés ». L’entreprise indique disposer d’un stock de nouveaux serveurs sur ses sites de Roubaix et Gravelines, prêts à être livrés à la majorité des clients affectés. L’hébergeur de cloud précise également vouloir améliorer la disponibilité dans ses centres de données, avec la production de près de 10 000 nouveaux serveurs dans les semaines à venir.

Quel est l’impact du sinistre sur l’activité d’OVHcloud ?

« Nous continuons à évaluer l’impact de cet incident, notamment pour les clients dont les données étaient situées dans le datacenter détruit par l’incendie », explique OVHcloud, précisant que les services de VOIP sur le web en France n’ont pas été affectés. OVHcloud ajoute que ses services dans ses autres datacenters basés en France et dans le monde (dont 15 datacenters en Europe) « sont pleinement opérationnels ».

Sur le fond, OVHcloud dispose de plus de 30 datacenters dans le monde. La perte de celui de Strasbourg, au-delà de l’aspect spectaculaire, ne devrait avoir que peu d’incidence sur le destin de l’entreprise. Sauf que celle-ci est perçue par de nombreux acteurs de l’écosystème comme un champion national face au trio AWS / Microsoft Azure / Google Cloud. L’annonce récente d’une possible entrée en Bourse d’OVHcloud en début de semaine semblait marquer un pas dans cette direction. Autant dire que cet incendie, d’un point de vue symbolique, tombe plutôt mal.

Comment les clients d’OVHcloud peuvent-ils être tenu informés de l’évolution de la situation ?

OVHcloud met à disposition une plateforme de suivi des incidents : http://travaux.ovh.net/?do=details&id=49484

Leave a Reply

%d bloggers like this: