EN IMAGES – La flèche et une grande partie de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris se sont effondrées lundi 15 avril sous l’effet d’un violent incendie parti des combles où des travaux étaient en cours. Dans la nuit, il a finalement été maîtrisé.

Un feu qui part des combles, une flèche qui s’effondre et un monument historique qui menace de vaciller: voici ce qu’il faut savoir du violent incendie qui a ravagé lundi 15 avril la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Dans la nuit de lundi à mardi à 03h du matin, les pompiers ont indiqué que le feu avait été maîtrisé. Le dispositif engagé était toutefois maintenu.

» LIRE AUSSI – Incendie de Notre-Dame de Paris: notre direct

Le feu parti des combles

L’incendie a pris vers 18h50. «J’étais pas loin, j’ai vu les fumées. Au départ je pensais que c’était l’Hôtel-Dieu et puis en fait j’ai compris que c’était la cathédrale. Je suis arrivé, les cendres ont commencé à tomber», raconte Olivier De Chalus, le responsable des guides bénévoles de la cathédrale. Le feu est parti des combles, puis s’est propagé extrêmement vite à une grande partie du toit.

Une photo prise par un drone du toit de Notre-Dame de Paris. Une photo prise par un drone du toit de Notre-Dame de Paris. STRINGER/AFP

Les flammes ont dévoré la charpente, longue de plus de 100 mètres et constituée de poutres en bois.

Une enquête a été ouverte pour «destruction involontaire par incendie», a annoncé le parquet de Paris. La piste d’un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale «retient l’attention des enquêteurs en l’état des investigations», a précisé une source proche du dossier.

Dans la nuit, les ouvriers du chantier étaient «entendus par les enquêteurs», a annoncé le parquet. Le feu semble être parti au niveau d’échafaudages installés sur le toit de l’édifice, en travaux depuis plusieurs mois.

» LIRE AUSSI – Les photos historiques de l’incendie de Notre-Dame de Paris

400 pompiers, 18 lances

Quatre cents pompiers avec 18 lances à incendie, certains juchés sur des bras mécaniques à des dizaines de mètres de hauteur: un important dispositif de secours a été rapidement mis en place.

Utiliser des canadairs sur le bâtiment était par contre inenvisageable: «Le largage d’eau par avion sur ce type d’édifice pourrait en effet entraîner l’effondrement de l’intégralité de la structure», a tweeté la Sécurité civile.

Vers 22h50, les «deux tours de Notre-Dame [étaient] sauvées» et sa structure «sauvée et préservée dans sa globalité», a indiqué le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Quels dégâts?

Vers 19h50, la flèche de la Cathédrale, l’un des symboles de Paris avec ses 93m de hauteur, s’est effondrée. En quelques heures, une bonne partie du toit de l’édifice a été réduite en cendres, et l’on ignorait encore dans la nuit l’étendue des dégâts à l’intérieur de la cathédrale.

L’intérieur de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. L’intérieur de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. ARTHUR BERDAH / LE FIGARO

La couronne d’épines et la tunique de Saint Louis ont pu être sauvés des flammes, a indiqué Mgr Patrick Chauvet, le recteur de la cathédrale.

Eric Fischer, directeur de la Fondation de l’OEuvre Notre-Dame qui veille sur la Cathédrale de Strasbourg, explique qu’il faudra «des décennies» pour reconstruire.

» LIRE AUSSI – Notre-Dame de Paris: les œuvres qui ont été sauvées et ce qui a été détruit

» LIRE AUSSI – Incendie de Notre-Dame de Paris: quels travaux étaient en cours?

«Cette cathédrale, nous la rebâtirons ensemble»

«Nous la rebâtirons», a affirmé peu avant minuit Emmanuel Macron, ajoutant que «le pire a été évité, même si la bataille n’est pas encore totalement gagnée». «Nous rebâtirons Notre-Dame parce que c’est ce que les Français attendent, parce que c’est ce que notre histoire mérite, parce que c’est notre destin profond», a-t-il insisté. «Pour répondre à de multiples demandes», la Fondation du patrimoine va lancer mardi une «collecte nationale» pour la reconstruction de Notre-Dame, a-t-elle annoncé dans un communiqué à l’AFP.

Dans la nuit, la famille Pinault a annoncé débloquer 100 millions d’euros via sa société d’investissement Artemis «pour participer à l’effort qui sera nécessaire à la reconstruction complète de Notre-Dame».

• Une sélection de nos articles

» Notre-Dame de Paris, un monument au cœur de plus de 850 ans d’histoire de France

» Notre-Dame de Paris, dans le quotidien de l’un des plus hauts symboles de la chrétienté

» Les photos historiques de l’incendie de Notre-Dame de Paris

» L’éditorial du Figaro: «Notre-Dame de la tristesse»

» Notre-Dame de Paris: la flèche de Viollet-le-Duc emportée par les flammes

» Incendie de Notre-Dame: une tragédie marque le début de la Semaine sainte

» Notre-Dame de Paris: «C’est le cœur de la nation qui est en flammes»