Près de deux semaines après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, la ville de Petit-Quevilly porte plainte contre X, mercredi 9 octobre, pour mise en danger de la vie d’autrui.

La ville de Petit-Quevilly porte plainte contre X, mercredi 9 octobre, pour mise en danger de la vie d’autrui, comme quatre autres communes de Seine-Maritime, après l’incendie à l’usine Lubrizol, annonce France Bleu Normandie.

Charlotte Goujou, la maire de Petit-Quevilly explique : “Nous avons subi un certain de nombre de préjudices tant la ville que les riverains et il faut que tout cela soit pris en compte”. La maire fait notamment référence aux odeurs qui se sont infiltrés dans la maison, les bâtiments publics et aux habitants qui se sont sentis mal.” Elle “n’oublie pas la situation d’angoisse et de stress d’un certain nombre d’habitants.”

Petit-Quevilly est ainsi la cinquième commune de Seine-Maritime à porter plainte. La semaine dernière Rouen, Mont-Saint-Aignan, Forges-les-Eaux et Bois Guillaume ont porté plainte également.