Il aurait agi seul : qui est Ali H., l’auteur présumé de l’attaque à Paris ? – LCI

Spread the love
  • Yum
Police

ENQUÊTE – L’auteur présumé de l’attaque survenue vendredi près de l’ancien siège de Charlie Hebdo a dit “assumer son acte”. Ali H., qui n’aurait pas supporté la republication des caricatures par l’hebdomadaire satirique, pensait s’en prendre à lui, ne sachant pas que son siège avait déménagé. A ce stade, il semble avoir agi seul.

Il assume son acte. Et le lie directement à la republication des caricatures de Charlie Hebdo. Ali H. est l’auteur présumé de l’attaque au hachoir de boucher qui a fait deux blessés en pleine rue vendredi à Paris. Une attaque survenue rue Nicolas Appert, la rue où se trouvaient les anciens locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. C’est là que l’assaillant a attaqué deux collaborateurs de “Premières Lignes”, une agence de production audiovisuelle, installée dans l’immeuble. “Tous les deux, un homme et une femme de notre équipe de production, étaient descendus pour prendre une pause cigarette dans la rue“, a raconté sur LCI Luc Hermann, leur collègue journaliste. “Ils discutaient dans l’encadrement de la porte de l’immeuble et ont été attaqués par le même assaillant armé d’un très gros couteau. L’homme a ensuite a pris la fuite.

Des gens de chez nous l’ont aperçu, c’est quelqu’un de râblé, avec un hachoir, ce qu’on appelle une feuille de boucher“, a témoigné sur LCI Paul Moreira, fondateur et co-dirigeant de la société  de production. Vers 12h30, l’auteur “principal” de l’attaque a été arrêté place de la Bastille, identifié notamment par d’importantes traces de sang sur ses vêtements.  

Selon nos informations, l’assaillant présumé a reconnu lors de sa garde à vue avoir repéré les lieux la veille de l’attaque, comme le montrent des images des caméras de vidéosurveillance : ne parlant pas français et pas très bien l’anglais, il pensait que les locaux de l’hebdomadaire satirique, qui a déménagé depuis les attentats de 2015, se trouvaient toujours rue Nicolas Appert après avoir des recherches. Lorsqu’il s’en est pris à ses deux victimes, c’est donc bien Charlie Hebdo qu’il visait, pensant s’attaquer à deux de ses journalistes. Il était même porteur d’une bouteille de White-spirit dans son sac à dos et envisageait de façon hypothétique d’incendier le bâtiment. 

Il n’avait “pas supporté” la republication des caricatures de Charlie Hebdo

Placé en garde à vue, Ali H. a déclaré être âgé de 18 ans. Né à Islamabad, il est de nationalité pakistanaise. Une identité que les enquêteurs tentent désormais de vérifier. Le jeune homme a reconnu les faits et “assumé” son passage à l’acte, indiquant n’avoir “pas supporté” la republication des caricatures de Charlie Hebdo. Mais il ne parle pas de Daech ni d’Al-Qaïda selon une source proche de l’enquête, se disant simplement musulman. 

Arrivé sur le sol français il y a trois ans, il n’était pas connu des services de police pour radicalisation. Aucun élément en ce sens n’a d’ailleurs été trouvé par les enquêteurs, ni de revendication ou de lettre d’allégeance. Il avait été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance lors de son arrivée en France puisqu’il était mineur. Après avoir logé dans un hôtel social dans le Val d’Oise, il avait, semble-t-il, une nouvelle adresse à Pantin ou il partagé une chambre à tour de rôle avec d’autres Pakistanais. 

Lire aussi

Les voisins et commerçants de Pantin (Seine-Saint-Denis), où se trouve son dernier domicile, ont décrit un jeune homme “discret” et “poli”. “Je le voyais souvent assis sur le palier avec son téléphone. Il m’aidait à porter mes courses“, a indiqué une voisine à l’AFP. 

Ali H. était connu des services de police pour un seul délit : port d’arme prohibé. Gérald Darmanin a précisé qu’il s’agissait d’un tournevis saisi le mois dernier lors d’une interpellation dans les transports. 

Ali H. a-t-il agi seul ? Il le semble à ce stade. Mais l’enquête se poursuit, avec l’analyse de son matériel électronique et les auditions de huit personnes de son entourage placées également en garde à vue. C’est à son domicile de Pantin que cinq autres personnes ont été arrêtées vendredi soir et placées en garde à vue pour vérifications. Une sixième personne – interpellée elle dans le Val d’Oise – a également été placée en garde à vue. Il s’agit de l’ancien colocataire d’Ali H. lorsqu’il résidait dans un hôtel social. Deux nouvelles personnes, le frère et une connaissance du suspect, ont été placées en garde à vue samedi .

La personne qui avait été interpellée à Paris peu après les faits a, elle, été relâchée en milieu de nuit et mise hors de cause : c’est en fait “un héros” selon son avocate.   

Toute l’info sur

Attaque à l’arme blanche près de l’ex-siège de Charlie Hebdo à Paris

Le parquet antiterroriste, saisi du dossier, a ouvert une enquête de flagrance pour “tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle“. Cette attaque à l’arme blanche survient alors que se tient le procès des auteurs de l’attentat meurtrier qui avait visé Charlie Hebdo en janvier 2015 et que l’hebdomadaire satirique fait l’objet de nouvelles menaces depuis la republication des caricatures de Mahomet le 2 septembre dernier.

Sur le même sujet

Et aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *