“Il a sorti son arme et visé directement mon fils”: le père de l’adolescent tué à Bondy témoigne – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Ahmed était aux côtés de son fils lorsque celui-ci a été mortellement touché par balle vendredi.

Son enfant a été tué sous ses yeux. Ahmed a perdu son fils Aymen vendredi en fin d’après-midi à Bondy (Seine-Saint-Denis). Le père de famille était aux côtés de son adolescent lorsque celui-ci a été tué, visé par un coup de feu, à l’espace Nelson Mandela, une maison pour les jeunes du quartier.

“On voyait la personne qui frappait la porte […] Lorsque la directrice a alors dit ‘qu’il ne fallait pas l’ouvrir’ il (l’assaillant, NDLR) a sorti son arme et a visé directement depuis la boîte aux lettres de la porte d’entrée”, raconte, sidéré, le père à BFMTV.

“On s’est dit que c’était des balles à blanc”

Aymen est alors touché au niveau du thorax mais ne réalise pas qu’il est blessé. “Il m’a dit: ‘j’ai mal’. J’ai regardé, il n’y avait rien sur lui, pas de sang, rien”, confie Ahmed qui quelques secondes plus tard se retourne et voit son fils effondré par terre.

“Comme cela s’était passé vite on s’est dit que c’était des balles à blanc pour jouer mais c’était une vraie balle. Et là on a vu le sang qui commençait à couler”, poursuit le père de l’adolescent.

À ce moment-là, Aymen “respire un petit peu mais ne parle pas”. Son père lui serre alors la main mais il ne réagit pas: “On a essayé de lui donner les premiers secours […] Il est devenu un peu bleu, on a appelé les pompiers qui sont venus. Ils sont restés presque quarante minutes mais ils m’ont dit que c’était fini”.

“Je ne peux pas l’oublier”

Son fils succombe à ses blessures avant même l’arrivée du Samu. Au lendemain du drame, c’est l’incompréhension et le choc qui prédominent chez Ahmed.

“Il (le tireur, NDLR) tire direct comme ça sans savoir combien il y avait de personnes. Moi qui était juste à côté j’aurais pu partir avec lui (Aymen, NDLR), il y avait 1m10 entre nous. Je ne peux pas l’oublier. C’est mon fils… devant mes mains… j’ai jamais pensé que dans une bagarre entre deux enfants de 15 ans il y en a un qui vient et tire une balle comme ça. C’est grave”, conclut-il.

Deux jeunes hommes âgés de 19 et 27 ans se sont présentés eux-mêmes à la police samedi matin et ont été placés en garde à vue à Bobigny. “À ce stade des investigations, il apparaît qu’un différend opposait la victime et ses agresseurs depuis près d’un an sans que l’origine ne soit, pour l’heure, connue”, a indiqué ce samedi le parquet de Bobigny.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV

Leave a Reply

%d bloggers like this: