IBM et Pfizer s’associent pour lutter contre la maladie d’Alzheimer grâce à l’IA

Spread the love
  • Yum

IBM et Pfizer s'associent pour lutter contre la maladie d'Alzheimer grâce à l'IA

IBM s’est associé au géant pharmaceutique Pfizer pour concevoir un modèle d’intelligence artificielle (IA). Le but de cette association : prédire l’apparition éventuelle de la maladie neurologique sept ans avant l’apparition des symptômes. Pour ce faire, les deux groupes se sont appuyés sur une étude publiée dans la revue Lancet, au cours de laquelle des chercheurs ont utilisé de petits échantillons de données linguistiques pour former les modèles d’IA.

La capacité du modèle d’IA a ensuite été vérifiée par rapport à des échantillons de données provenant d’un groupe de personnes en bonne santé qui ont finalement développé la maladie ou non. Par exemple, si le modèle d’IA analysait un échantillon de parole d’un participant à l’âge de 65 ans et prédisait qu’il développerait la maladie d’Alzheimer avant l’âge de 85 ans, les chercheurs pouvaient alors vérifier les dossiers pour déterminer si et quand un diagnostic avait effectivement été posé.

Comme le relève la direction d’IBM, le résultat de cette recherche a été nettement meilleur que les prédictions basées sur des échelles cliniques, une prédiction basée sur d’autres données biomédicales disponibles d’un patient, celles-ci ne disposant que d’un taux de précision de 59 %. IBM ajoute que, contrairement aux études précédentes, cette nouvelle étude ne porte pas que sur des individus qui commencent à présenter des symptômes ou qui ont des antécédents génétiques associés à la maladie, elle n’examine que des individus en bonne santé ne présentant aucun autre facteur de risque.

publicité

Un potentiel à développer

« En partenariat avec nos collègues de Pfizer, nous avons vu la possibilité de développer des modèles d’IA qui – si l’on continue à se former sur des ensembles de données élargis, robustes et diversifiés – pourraient un jour être utilisés pour développer des méthodes permettant de prédire plus précisément la maladie d’Alzheimer au sein d’une large population, y compris des personnes n’ayant aucun indicateur actuel de la maladie, aucun antécédent familial de la maladie ou des signes de déclin cognitif », explique IBM.

L’entreprise précise que la capacité à identifier les patients à haut risque pourrait potentiellement conduire à des essais cliniques réussis pour les thérapies préventives. « En fin de compte, nous espérons que cette recherche prendra racine et contribuera au développement futur d’un outil plus simple, plus direct et plus facilement accessible pour aider les cliniciens à évaluer le risque de maladie d’Alzheimer d’un patient, grâce à l’analyse de la parole et du langage en conjonction avec un certain nombre d’autres facettes de la santé d’un individu et de la biométrie », fait valoir la direction de Big Blue.

Cette dernière recherche s’inscrit dans le cadre des recherches en cours d’IBM sur la maladie d’Alzheimer. En 2018, le géant de la technologie a introduit le machine learning dans l’espoir qu’un jour il pourrait contribuer à la création de tests de diagnostic stables et efficaces pour l’apparition précoce de la maladie. Pour rappel, la maladie d’Alzheimer est actuellement incurable et est souvent diagnostiquée trop tard pour retarder son développement. Les symptômes de la maladie comprennent la dégradation progressive de la mémoire, la confusion et la difficulté à accomplir des tâches quotidiennes autrefois familières.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: