L’impact du décret de Donald Trump est encore trop récent pour tirer des conclusions définitives sur les ventes de Huawei sur le long-terme. En effet, l’interdiction commerciale imposée par les États-Unis a eu un effet plus large, notamment sur le marché européen.

Le cabinet d’analyse Kantar (relayé par Android Authority) s’est penché sur la question, et les données communiquées pousse à la tempérance. Huawei en effet terminé le deuxième trimestre en augmentant sa part de marché dans cinq des pays les plus importants de l’Union européenne : L’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Espagne et l’Italie. Une nouvelle plutôt enthousiasmante, mais l’horizon pourrait cependant s’assombrir dès la fin de l’année.

On découvre que la part de marché en question a en effet chuté de 9% entre le mois de mai et juin. Une chute logique puisque le décret a été appliqué à partir du milieu du mois de mai. C’est certes alarmant, mais finalement pas si catastrophique par rapport à l’importance de la mesure. En revanche, cela signifie que les réels effets du décret seront connus lors du prochain trimestre. Et cette fois-ci, cela pourrait s’avérer beaucoup plus inquiétant, notamment si la sanction n’est pas levée.

À moyen terme, l’image de marque pourrait en pâtir et les clients être plus réticents à opter pour les smartphones de la marque. La menace de l’absence de mise à jour fait effectivement peur aux clients potentiels. Les déconvenues de Huawei ont toutefois fait des heureux puisque Samsung et Xiaomi semblent en avoir profité, selon Kantar. Le prochain rapport risque donc d’être très intéressant.