Huawei pourrait bientôt connaître des déboires en Europe. Déjà interdit aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et prochainement au Japon sur le marché de la 5G, le géant chinois des télécoms voit sa position menacée sur le vieux continent désormais. La France, la Belgique et l’Allemagne se renseignent sur les risques encourus, le patron du MI6 a déjà conseillé au gouvernement du Royaume-Uni de bannir le groupe.


huawei france belgique

D’après un rapport de Bloomberg, plusieurs pays européens envisagent des sanctions contre Huawei pour l’empêcher de déployer ses infrastructures 5G. Parmi eux, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui étudient la situation de très près. Pour rappel, les États-Unis ont demandé à leurs alliés de bannir Huawei par crainte qu’il puisse aider le gouvernement chinois à mener des opérations de cyberespionnage. La France surveillerait le géant chinois depuis plusieurs années déjà.

France, Belgique, Allemagne et Royaume-Uni se méfient de Huawei

Et en Belgique aussi la situation pourrait évoluer. Selon le média De Tijd, le Centre pour la cybersécurité (CCB) envisage une interdiction de Huawei dans le pays. Qui est notamment fournisseur des opérateurs Proximus et Orange Belgium. « Nous avons récemment demandé, via des canaux nationaux et internationaux, des études objectives qui démontrent que l’utilisation de la technologie de Huawei comporte des risques », a fait savoir Miguel De Bruycker, à la tête du CCB. « Nous avons pris des contacts au niveau académique, civil et officiel », explique-t-il.

Lire aussi : La directrice financière de Huawei arrêtée au Canada sur demande des États-Unis

Mais le pays où le risque est le plus élevé sur le vieux continent est le Royaume-Uni. Le patron de l’agence de renseignement MI6 serait en train de pousser en coulisses pour faire interdire Huawei du marché des infrastructures 5G du territoire. Il rejoindrait ainsi sous l’impulsion des États-Unis d’autres nations anglo-saxonnes. Huawei a été exclu du marché de la 5G en Australie et la Nouvelle-Zélande a suivi. Le prochain État sur la liste devrait être le Japon qui bannirait Huawei et ZTE très prochainement, peut-être dès le 10 décembre 2018.