Une sage-femme ausculte une femme enceinte dans une maternité de Caen, en février 2009. — MYCHELE DANIAU / AFPUn chiffre alarmant. Près de 167.000 Françaises vivent dans un désert obstétrique, c’est-à-dire « résident dans une commune sous-dense en sages-femmes » et située « à 45 minutes ou plus de la maternité la plus proche », alerte la Drees dans une étude publiée, ce lundi.

Près de 13.000 communes françaises sont considérées comme « sous-denses » en sages-femmes, parce qu’elles regroupent les 12,5 % de la population « ayant l’accessibilité la plus faible » à ces professionnelles de santé, détaille le service statistique des ministères sociaux. Ce qui correspond à « près de 8,3 millions de personnes, dont 1,6 million de femmes âgées de 15 à 49 ans », dites « en âge de procréer ».

Près de 40 % de maternités en moins entre 1996 et 2016

En superposant cette carte avec celle des « personnes habitant à 45 minutes ou plus de la maternité la plus proche », il apparaît que « 1,5 % de la population rencontre ces deux difficultés, soit 968.000 personnes, dont 167.000 femmes en âge de procréer ».

« Cette proportion s’élève à 5,4 % en retenant le seuil à 30 minutes », ajoute la Drees, qui souligne que « le cumul d’une faible accessibilité aux unes (les sages-femmes) et d’un éloignement aux autres (les maternités) peut entraîner des difficultés de suivi de grossesse ». Les effectifs de sages-femmes ont pourtant augmenté de 3 % par an entre 1999 et 2017, soit « plus vite que l’ensemble de la population ». En revanche, le nombre de maternités a diminué de près de 40 % en métropole entre 1996 et 2016, passant de plus de 800 à moins de 500.

Santé

Sage femme devant le Conseil de l’Ordre: Pourquoi l’accouchement à domicile est-il dans le viseur?

Santé

«Avec un sage-femme, je me suis sentie plus en confiance qu’avec un gynécologue»

376 partages