Grève SNCF. Trois raisons pour lesquelles vous aurez du mal à voyager à Noël – Ouest-France

Spread the love
  • Yum

À une semaine des vacances, le trafic ferroviaire s’annonce fortement perturbé, au moins jusqu’à dimanche 22 décembre et très probablement jusqu’au 26. Voici pourquoi.

La circulation des trains s’annonce encore très perturbée pour au moins dix jours. | REUTERS

  • La circulation des trains s’annonce encore très perturbée pour au moins dix jours.
    La circulation des trains s’annonce encore très perturbée pour au moins dix jours. | REUTERS

Dix jours avant Noël, la SNCF et le gouvernement tentent de  sauver  les vacances des Français. Mais, même dans l’hypothèse d’une éclaircie sur le front des retraites, un trafic normal ne saurait être rétabli avant, au mieux, le 23 décembre. Trop tard pour beaucoup de voyageurs qui ont réservé un départ dès vendredi 20 ou samedi 21. Dans tous les cas, il faut donc se préparer à une nouvelle semaine de pagaille sur le rail.

Raison 1 : Le retour à la normale sur les grandes lignes demandera du temps

Même si le mouvement de grève prenait fin après la journée d’action de mardi 17 décembre,  on ne pourrait assurer un service normal à Noël , indiquait vendredi soir un responsable de la SNCF. Il faut du temps pour rattraper le retard de maintenance sur les trains et réorganiser les plannings et les roulements des personnels.  La moitié des voyageurs  aura des trains pour passer Noël en famille a voulu rassurer, hier, la directrice générale de Voyages SNCF.

Pour aider ses clients à y voir clair, la compagnie ferroviaire prépare, à la demande du Premier ministre, un  plan de transport  pour les fêtes. Les trains maintenus pour la période du 19 au 22 devraient être connus mardi 17 et ceux qui circuleront entre le 23 et le 26 seront annoncés jeudi 19. Pour l’instant, les prévisions de trafic disponibles sur le site de la SNCF courent jusqu’à mercredi 18. Elles annoncent, en moyenne, un TGV sur quatre.

Raison 2 : Les suppressions de TER ne sont pas prises en compte pour l’instant

Depuis le début des grèves, les régions ne publient leurs prévisions de trafic qu’au jour le jour, la veille à 17 h. Ce qui n’empêche pas la SNCF de vendre des billets incluant des correspondances en TER. Non garanties, donc. Et comme il n’est pas certain que les plans de transports en préparation pour mardi et jeudi couvrent les liaisons régionales, les voyageurs doivent s’attendre à des surprises. Ce dimanche, par exemple, il est impossible de voyager de Paris à La Baule alors que le site de la SNCF proposait, hier soir, deux trajets à la réservation.

C’est que, dans les Pays de la Loire, seulement un train sur dix circule sur le réseau Aléop, alors qu’au niveau national, la moyenne est de trois trains sur dix. Du côté des réseaux Bretagne et Normandie, on ne donne pas de statistiques, mais BreizhGo et Nomad annoncent un trafic  très perturbé  ou  fortement réduit  jusqu’à mardi. Et pour ne rien arranger, ce dimanche est aussi la date annuelle de changement des horaires des TER, partout en France.

Raison 3 : On ne semble pas s’approcher d’un accord sur les retraites

Les positions du gouvernement et de la SNCF, d’un côté, et des syndicats, de l’autre, ne montrent aucun signe de convergence. Les premiers ont bien tenté de jouer la corde sensible, comme Jean-Pierre Farandou qui demande aux grévistes  de réfléchir à faire une pause pendant les fêtes .  Les familles comptent sur nous pour voyager  a ajouté le patron de la SNCF, très critiqué par les syndicats.

À plus haut niveau, ni la déclaration du président de la République, vendredi à Bruxelles, qui qualifie son projet de  réforme historique , ni les accusations de conflit d’intérêts qui pèsent sur le haut-commissaire en charge de la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye, ni l’appel du Premier ministre à la responsabilité de chacun ne sont de nature à rétablir rapidement le dialogue.

Partager cet article La circulation des trains s’annonce encore très perturbée pour au moins dix jours.

Grève SNCF. Trois raisons pour lesquelles vous aurez du mal à voyager à NoëlOuest-France.fr

Leave a Reply