Grève contre la réforme des retraites : « Dans le privé, il manque une énergie, un déclic » – Le Monde

Spread the love
  • Yum

La France insoumise à l’AG des cheminots

A l’AG des cheminots de la Gare de Lyon, une importante délégation de la France insoumise avait fait le déplacement ce matin. Etaient ainsi présents les députés François Ruffin, Éric Coquerel, Adrien Quatennens, Clémentine Autain, les députés européens Manon Aubry et Manuel Bompard. La sénatrice de la gauche républicaine et socialiste Marie-Noelle Lieneman avait aussi fait le déplacement.  A la demande des grévistes, ils multipliaient les selfies et les autographes.

« Je suis venu à plusieurs reprises déjà Gare de Lyon qui est un haut-lieu de la mobilisation depuis le début, explique Éric Coquerel. On ne peut pas se contenter de soutenir sans être physiquement présent pour les grévistes c’est pour ça que j’ai aussi été à Grandpuits à la raffinerie, au dépôt RATP de Pantin, et que je serai demain un grand rendez-vous donné au dépôt du RER, à Vincennes. Il faut que le mouvement s’amplifie et se généralise. J’ai assez confiance dans le fait qu’il y ait aujourd’hui encore plus de monde dans la manifestation.»

Pour la députée Clémentine Autain, « le gouvernement est d’un cynisme incroyable car il joue le découragement sur le fait qu’au bout de trente-six jours les gens vont craquer. Ils sont en train de faire une cocotte-minute du point de vue démocratique il joue avec le feu. Cette réforme elle est majoritairement rejetée par ceux qu’elle va impacter. Ceux qui la soutiennent ce sont les retraités, qui ne seront pas concernés. Donc c’est un problème démocratique majeur de ne pas tenir compte du rejet de la réforme par ceux qu’elle va toucher. »

Adrien Quatennens a aussi pris la parole lors de l’AG. « Ils nous disent qu’en faisant cette réforme, ils respectent le programme d’Emmanuel Macron ? Mais ouvrez le ce programme, à la page 13, il est écrit « nous ne toucherons pas à l’âge de départ ni au niveau des pensions. Mais c’est faux ! Votre réforme va faire les deux ». 

Éric Coquerel à la gare de Lyon, le 9 janvier. JULIEN MUGUET POUR « LE MONDE »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *