LE SCAN POLITIQUE – Le chef de l’État a convié des scientifiques, des économistes, des philosophes, ainsi que des spécialistes des sciences humaines et de l’environnement. Il a toutefois essuyé plusieurs refus.

Il veut associer l’ensemble de la population au grand débat. Après avoir déjà rencontré des élus, des «gilets jaunes», des enseignants, des retraités, des chefs d’entreprises, des habitants des quartiers, des jeunes, des femmes… Emmanuel Macron va recevoir lundi «des universitaires et des intellectuels». Selon l’Élysée, le chef de l’État considère qu’il est «important de valoriser la parole de personnes qui ont du recul sur le flux quotidien de l’actualité et une vision de l’avenir du pays».

Au total, une soixantaine de personnalités issues de différents secteurs sont attendus. Parmi les invités qui ont déjà confirmé leur présence se trouvent notamment Philippe Aghion et Jean Pisani-Ferry, deux économistes proches d’Emmanuel Macron, ainsi que Daniel Cohen et Jean-Claude Casanova. Côté philosophes, Marcel Gauchet côtoiera, entre autres, Myriam Revault d’Allonnes, Monique Canto-Sperber, Michaël Fœssel, et Dominique Méda. Le climatologue Jean Jouzel est annoncé.

Finkielkraut à l’étranger, Agacinski et Lordon pas convaincus

Des personnalités mondialement décorées seront aussi présentes, comme le prix Nobel de physique Serge Haroche, celui de physiologie et médecine Jules Hoffmann, et le mathématicien médaillé Fields Cédric Villani. Le Chancelier de l’Institut de France Xavier Darcos est lui aussi attendu, de même que de nombreux sociologues dont Jean Viard, Michel Wieviorka, Bruno Latour et Louis Chauvel. Enfin, le patron de la Fondation Jean-Jaurès Gilles Finchelstein, l’historien Jacques Julliard, et le spécialiste de l’islam Gilles Kepel.

Plusieurs invités ont quant à eux décliné la proposition de l’Élysée, pour différentes raisons. Selon nos informations, le philosophe et académicien Alain Finkielkraut se trouvera à l’étranger lundi. Quant à Sylviane Agacinski, elle ne «conteste pas le principe d’un débat du président avec des intellectuels» mais elle en regrette «les conditions qui ne (lui) paraissent pas satisfaisantes». Enfin, l’économiste Frédéric Lordon, très critique de la politique d’Emmanuel Macron, a publiquement annoncé son refus.

Grand débat : les Francais sont-ils trop prêts de leur portefeuille ? – Regarder sur Figaro Live