Dans un entretien au “Journal du Dimanche”, le ministre chargé des Collectivités territoriales évoque “le temps des propositions et de l’action” que doit entamer le président après le “grand débat”.
Le « grand débat » bientôt achevé, le 15 mars, l’exécutif semble vouloir mettre à profit l’exposition médiatique dont il a bénéficié pendant deux mois. Dans les colonnes du JDD de ce dimanche 10 mars, Sébastien Lecornu explique ainsi qu’en avril, « Emmanuel Macron précisera sa vision en donnant (…) le sens de la direction à suivre pour le gouvernement. Au début du débat, dans sa lettre, ses questions étaient précises, ses réponses le seront aussi ».

« Pour ceux qui pensaient que le débat allait être corseté »

Pour le ministre en charge des Collectivités territoriales, la fin de cette période d’échanges « ne signifie pas ‘circulez, il n’y a plus rien à voir, vous pouvez rentrer chez vous’. Après le temps du débat, après le temps du constat, cette prise de parole marquera le temps des propositions et de l’action, qui se déploieront jusqu’à l’été ». Il y aura aussi, ajoute-t-il, des « surprises pour ceux qui pensaient que le débat allait être corseté ».

Un débat dont Sébastien Lecornu dresse le bilan, une « réussite », selon lui. « Il y a eu 10 000 réunions en deux mois, 1,4 million de contributions sur la plateforme dédiée, 16 000 cahiers déposés dans les mairies », précise le coanimateur de la consultation citoyenne. Et d’ajouter, alors que « 60 % des réunions organisées l’ont été par des élus locaux », qu’il s’agit d’un « pied de nez pour ceux qui, au nom des maires, pensaient que ces derniers ne s’en mêleraient pas ».