EN IMAGES – Un important incendie s’est déclaré dans un immeuble qui a dû être évacué avenue Franklin Roosevelt, près des Champs-Elysées, faisant 11 blessés légers samedi en marge de la mobilisation des «gilets jaunes».

L’enquête devra déterminer si le sinistre est bien la résultante des heurts en marge de la manifestation des «gilets jaunes» dans le secteur des Champs-Elysées. Le feu est parti d’une banque, au rez-de-chaussée d’un immeuble avenue Franklin Roosevelt. Alors qu’au même moment, des manifestants s’en prenaient à des commerces ou à des kiosques à journaux non loin.

Le dernier bilan fait état de 11 blessés légers. Le quartier a été bouclé et l’incendie maîtrisé peu avant 14h00, a constaté un journaliste de l’AFP. Soixante-quatre personnes ont été interpellées, selon un bilan communiqué à 13h30 par la préfecture.

GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

» LIRE AUSSI – «Gilets jaunes»: 18e samedi de manifestations, crainte de nouvelles violences

«Deux personnes ont été sauvées des flammes. Une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage», ont indiqué les pompiers à l’AFP. Deux policiers figurent parmi les blessés, selon les pompiers, qui ont mobilisé dix engins.

Une femme et ses quatre enfants, dont un bébé de 9 mois, a raconté à l’AFP, les larmes aux yeux, qu’ils étaient «descendus par les escaliers» de leur appartement au troisième étage. «On a d’abord senti la fumée des lacrymogènes et puis ensuite on a vu le feu par la fenêtre», a-t-elle expliqué, visiblement sous le choc.

«On a entendu des coups en bas au départ et il y avait des lacrymogènes pour évacuer les gens. Malgré ça, ils ont réussi à casser la banque», a ajouté Reda, le père, pour qui «ça sert à rien d’être agressif comme ça, regardez ce qui aurait pu se passer. Ils auraient pu tuer».

GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

«Les pompiers de Paris et nos forces de l’ordre viennent de procéder à l’évacuation de tous les habitants d’un immeuble, délibérément incendié. Le feu est maîtrisé. Les individus qui ont commis cet acte ne sont ni des manifestants, ni des casseurs: ce sont des assassins», a dénoncé sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

«La situation demeure extrêmement compliquée au niveau du bas des Champs-Élysées. De nombreux individus ont commis des dégradations et pillages dans le secteur», a indiqué la préfecture de police de Paris à l’AFP. Quelque 82 personnes ont été interpellées, selon un bilan communiqué à 13H30 par la préfecture. Et 30 personnes placées en garde à vue, a annoncé le parquet de Paris.

GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP