Lors de l’audience, il avait exprimé ses regrets pour ses actes et avait demandé un délai pour préparer sa défense.

Christophe Dettinger attendra son procès en prison. L’ancien boxeur, filmé en train de frapper deux gendarmes à Paris lors de “l’acte 8” des “gilets jaunes”, a été placé mercredi 9 janvier en détention provisoire dans l’attente de son procès pour “violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique”, fixé au 13 février. Lors de l’audience, il avait exprimé ses regrets pour ses actes et avait demandé un délai pour préparer sa défense.

Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions du parquet, qui avait demandé un mandat de dépôt à l’encontre de l’ex-boxeur, visant à “empêcher la réitération des faits et une soustraction à la justice”. Cette décision a été accueillie par des cris de protestations dans la salle.

A l’issue de l’audience, l’avocat de Christophe Dettinger a déploré un manque d’“indépendance” de la justice vis-à-vis du “pouvoir exécutif”, rapporte la journaliste de franceinfo sur place.