Dix semaines de mobilisation, 1 900 blessés selon le ministère de l’intérieur et 359 signalements de blessures à la suite de violences policières, selon le décompte du journaliste indépendant David Dufresne (voir notre panoramique, constamment mis à jour)Dans les hôpitaux, que constatent les médecins ? Sont-ils choqués par la gravité des blessures ? Au moins l’un d’entre eux l’est : le neurochirurgien Laurent Thines, professeur et chef de service au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon, a lancé une pétition sur la plateforme change.org : « Les soignants français pour un moratoire sur les armes sublétales. »