Alors qu’on lui demandait dans une interview diffusée mercredi soir sur BFMTV ce qu’il comptait faire samedi une fois devant l’Élysée, Éric Drouet, l’un des initiateurs du mouvement des “gilets jaunes”, avait répondu : “on rentre dedans”. Ce vendredi, il est visé par une enquête pour “provocation à la commission d’un crime ou d’un délit” et “organisation d’une manifestation illicite”, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Le “gilet jaune” sera entendu dans le cadre de ces investigations et devra “préciser la portée des propos qu’il a tenus“, a indiqué une source proche de l’enquête. Dans une vidéo postée jeudi sur Facebook, Éric Drouet s’est défendu d’avoir appelé à commettre des violences. “Je n’ai jamais dit que je voulais aller à l’Élysée pour tout casser mais pour se faire entendre. Les seuls interlocuteurs qu’on a, ce sont des ministres, le Premier ministre ou des secrétaires d’État mais jamais le président. Donc c’était plutôt pour le symbole“, expliquait-il.

A la veille de l'”acte 4″ du mouvement des “gilets jaunes”, l’alerte maximale est décrétée en France. Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a annoncé vendredi sur RTL, avoir pris des réquisitions afin de permettre aux policiers d’interpeller samedi des personnes venues “en découdre avec les forces de l’ordre”.

La rédaction vous recommande

Lire la suite