Cette fuite pourrait mettre les autorités en difficulté. Vendredi soir, une note de service de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), relative au dispositif de sécurité mis en place à Paris, a été divulguée sur Internet. De quoi mettre à mal les efforts du ministère de l’Intérieur pour rester le plus discret possible à ce sujet et ainsi éviter que les casseurs et les manifestants virulents ne s’adaptent à leur logistique.

Les informations dévoilées restent cependant minimes et ne concernent qu’une petite partie du dispositif, a réagi la préfecture de police.

Cette note ne concerne “qu’une partie du dispositif, en l’occurrence les équipes les plus légères et les plus mobiles qui ont vocation à rayonner rapidement sur l’ensemble du territoire”, a-t-elle précisé.

8000 forces de l’ordre mobilisées à Paris

Ce samedi, le dispositif de sécurité va toutefois être déployé en tenant compte de la divulgation de cette note, a fait savoir la préfecture de police soulignant que la fuite est “inacceptable”.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la Befti (Brigade d’enquête sur les fraudes aux technologies de l’information) afin d’identifier l’origine de cette divulgation, a indiqué une source judiciaire à BFMTV.

Partout dans l’Hexagone, des mesures de sécurité exceptionnelles ont été décrétées, notamment à Paris où les scènes de guérilla urbaine du week-end dernier ont stupéfié le pays et l’étranger. 89.000 membres des forces de l’ordre sont mobilisés, dont 8000 à Paris, pour éviter de tels débordements.