Il est actuellement jugé pour avoir frappé deux gendarmes le 5 janvier, en marge d’une manifestation de « gilets jaunes » à Paris.

Publié aujourd’hui à 20h15, mis à jour à 20h38

Temps de Lecture 3 min.

L’ex-boxeur Christophe Dettinger était jugé mercredi 13 février pour avoir frappé deux gendarmes le 5 janvier, en marge de l’acte VIII des « gilets jaunes ».

L’ex-boxeur Christophe Dettinger était jugé mercredi 13 février pour avoir frappé deux gendarmes le 5 janvier, en marge de l’acte VIII des « gilets jaunes ». BENOIT PEYRUCQ / AFP
Les images avaient marqué. Le 5 janvier, lors de l’acte VIII des « gilets jaunes » à Paris, des vidéos montraient un homme imposant assener une série de coups de poing à un gendarme sur une passerelle surplombant la Seine, avant de frapper un de ses collègues au sol.

Plus d’un mois après les faits, l’auteur de ces coups, Christophe Dettinger, comparaissait, mercredi 13 février, devant le tribunal correctionnel de Paris. Le procureur a requis contre lui trois ans de prison, dont un an avec sursis et mise à l’épreuve.

« M. Dettinger se prépare, réajuste ses gants. Il frappe, vise la tête. Il est dans la toute-puissance. Ces scènes sont d’une violence inouïe et doivent être sanctionnées », a déclaré le représentant du ministère public, demandant son « maintien en détention ».

Lire le décryptage : Comment les violences policières sont devenues le principal ciment des « gilets jaunes »

« J’ai honte »

Devenu un « symbole malgré lui », selon les termes d’un avocat des deux gendarmes, Christophe Dettinger, fonctionnaire municipal, marié et père de trois enfants, a reconnu avoir commis une erreur. Il a expliqué tout au long de l’audience, tendue, son comportement par la colère, en réaction notamment au « matraquage » de manifestants par les forces de l’ordre.

« Je suis là pour payer pour une erreur. La seule chose que je ne veux pas, c’est qu’on dise que je suis un casseur de flic, un lyncheur, un tueur. J’ai voulu empêcher une injustice et j’en ai commis une autre. Quand je me vois taper sur un gendarme au sol, j’ai honte. »

L’homme, dont l’employeur, la commune d’Arpajon (Essonne), a suspendu le traitement, avait obtenu le 9 janvier un délai pour préparer sa défense mais avait été placé en détention provisoire. Il est défendu par trois avocats, dont le très expérimenté ténor du barreau Henri Leclerc, que de vifs accrochages ont opposé à la présidente du tribunal, au procureur et aux avocats des parties civiles (outre les deux gendarmes, l’Etat et des associations de policiers et de gendarmes).

Les images de Christophe Dettinger rouant de coups de pied et de poing un gendarme à terre et boxant un de ses collègues sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, non loin de l’Assemblée nationale, ont été visionnés plusieurs fois pendant l’audience.

Lire l’analyse : « La haine de la police est un trait constitutif de la société française »

« On a eu beaucoup de chance »

Christophe Dettinger, le 5 janvier 2019.

Christophe Dettinger, le 5 janvier 2019. Gonzalo Fuentes / REUTERS
Cet homme, qui avait participé à tous les samedis de manifestation des « gilets jaunes » depuis le début du mouvement, a notamment dit avoir voulu venir au secours d’une femme tombée au sol et frappée par un gendarme. Cette femme de 37 ans a confirmé à la barre que le boxeur avait écarté d’elle ce gendarme.

Paradoxe, Christophe Dettinger avait fait une demande pour entrer dans la réserve de la gendarmerie. Rapidement identifié après les faits, il s’était rendu à la police deux jours plus tard, un délai qu’il a expliqué par la crainte de « passer un mauvais quart d’heure ».

Le seul autre témoin interrogé a été le moins blessé des deux gendarmes. « On a eu beaucoup de chance, cela aurait pu être beaucoup plus grave, notamment si l’un de nous avait été jeté par-dessus la passerelle. Avec notre équipement, il est très difficile de nager », a-t-il notamment déclaré à la barre.

Une collecte lancée pour soutenir le boxeur sur le site en ligne Leetchi avait recueilli un peu plus de 120 000 euros. Elle a suscité une polémique, le gouvernement estimant notamment que cela revenait à encourager la violence.

Invité à prendre la parole une dernière fois avant le délibéré, Christophe Dettinger a regardé le gendarme assis en face de lui et déclaré avec émotion :

« Monsieur le gendarme, je suis coupable de tous les coups que je vous ai portés. Je suis conscient que ça a pu vous toucher physiquement et psychologiquement. Je n’en suis pas fier, ce n’est pas mon état d’esprit. J’ai été un styliste, un technicien de la boxe, pas un bagarreur. Je ne peux pas comparer la boxe avec cet acte. »

Christophe Dettinger a répété qu’il n’était « pas venu pour en découdre. Tout a basculé en deux minutes et je m’en veux terriblement ». Ses trois avocats, Me Laurence Léger, Me Hugues Vigier et Me Henri Leclerc, ont demandé au tribunal de le condamner à une peine qui lui épargne l’emprisonnement.