À la veille d’une quatrième manifestation des “gilets jaunes”, l’exécutif se met en ordre de marche. Dans une allocution, ce vendredi 7 décembre, Christophe Castaner a fait le point sur la situation et sur le dispositif déployé en vue de l’acte IV du mouvement des “gilets jaunes”, samedi 8 décembre dans toute la France

Outre la mobilisation policière et le bilan de ces trois semaines de tensions, le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il allait déposer une plainte contre Nicolas Dupont-Aignan pour avoir “accusé les forces de l’ordre de se mêler aux casseurs le 1er décembre”. Le député Nicolas Dupont-Aignan avait accusé les “petits casseurs de Christophe Castaner” d’avoir saccagé l’Arc de Triomphe.

“Pour l’honneur de ces femmes et de ces hommes (des forces de l’ordre, ndlr), j’ai décidé de porter plainte contre M. Nicolas Dupont-Aignan qui, sans vergogne, dans l’enceinte de l’Assemblée nationale, a osé affirmer, je le cite, que c’étaient les ‘petits casseurs de M. Castaner’ qui avaient saccagé l’Arc de Triomphe. On verra si ce monsieur ose nous opposer son statut parlementaire. Il ajouterait alors la honte à l’indignité“, a déclaré Christophe Castaner lors de son point presse.

Il a également rappelé que les policiers et gendarmes mobilisés sur les manifestations de la semaine dernière avaient été victimes d’une violence inédite. “Je pense aux policiers de la 21e compagnie d’intervention de la préfecture de police. Ceux qui étaient sur l’Arc de Triomphe. Je leur ai rendu visite hier au commissariat du VIIIe. J’ai écouté. J’ai entendu des choses que je n’imaginais pas entendre (…) ils m’ont raconté ce qu’ils ont vécu. Ils m’ont dit ‘ils voulaient nous tuer'”, explique Christophe Castaner lors de cette conférence de presse.

La rédaction vous recommande

Lire la suite