Plusieurs milliers de personnes ont participé à l’acte 18 des gilets jaunes à Toulouse, samedi 16 mars 2019. Des affrontements ont eu lieu, le maire a été pris à partie. Le point.

|Modifié le 16 Mar 19 à 20:56

Le cortège vient de passer la place Arnaud Bernard et se dirige maintenant vers la place Jeanne d’ArcLors de l’acte 18 des gilets jaunes, samedi 16 mars 2019 à Toulouse, le cortège a passé la place Arnaud Bernard et se dirige vers la place Jeanne d’Arc (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)
Toulouse reste décidément une place forte de la mobilisation des gilets jaunes. Pour l’acte 18, samedi 16 mars 2019, il y avait encore « quelques milliers de personnes » dans les rues de la Ville rose, estime la préfecture de la Haute-Garonne, qui se refuse désormais à indiquer tout chiffre officiel de participation. Une source policière fait état de 3 500 manifestants au plus fort de la journée.

Lire aussi : Toulouse. Acte 18 des gilets jaunes : revivez les temps forts de la manifestation en images

Un départ calme… et des incidents peu avant 16h30

Quelques slogans de la Marche pour le climat ont été observés dans le cortège, notamment en début de manifestation. Et comme chaque samedi, si le défilé a débuté dans le calme, des échauffourées ont ensuite éclaté entre manifestants et forces de l’ordre, entre 16h et 16h30. Des affrontements qui ont duré plusieurs heures, mais qui n’avaient toutefois rien à voir avec les scènes de violences observées à Paris. D’après nos informations, environ 500 casseurs étaient au Capitole vers 17h30, parmi les 2 000 manifestants restants. Quelques vitrines de commerces ont été brisées, des tags et des feux de poubelles ont été observés à travers les rues de Toulouse.

Comme chaque samedi, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, mais aussi du canon à eau, notamment vers 19h15 à Jean-Jaurès. Cinq minutes plus tard, les manifestants étaient dispersés et le calme revenait peu après.
La manif n'est pas finie à Toulouse… Les CRS ont repris la marche en direction maintenant du Monument aux Morts, avec utilisation du camion à eau.Les forces de l’ordre s’apprêtent à disperser les manifestants à Jean Jaurès, avec utilisation du camion à eau, lors de l’acte 18, samedi 16 mars 2019 à Toulouse. (©Frédéric Scheiber / Actu Toulouse)

12 personnes en garde à vue

Dans un premier bilan, la préfecture déplore « un blessé léger parmi les forces de l’ordre », mais n’indique pas s’il y a des blessés parmi les manifestants. 12 personnes ont été, pour l’instant (à 19h30, ndlr), interpellées en centre-ville et placées en garde à vue au commissariat central de Toulouse.

Jean-Luc Moudenc pris à partie

Événement marquant de cet acte 18 dans les rues de Toulouse : la rencontre fortuite entre des manifestants et le maire. En croisant la route des gilets jaunes, samedi, alors qu’il rentrait d’un événement organisé par La Croix-Rouge à La Daurade, Jean-Luc Moudenc a été insulté et a reçu des projectiles. « Je refuse de m’interdire de sortir, car cette minorité ne doit pas installer un climat de terreur », a-t-il réagi.

Lire aussi : Gilets jaunes : en croisant la manifestation, le maire de Toulouse insulté et cible de projectiles