Un temple du Grand Orient de France, à Tarbes, a été saccagé par des «gilets jaunes». Illustration. — M. Le Moine / SipaDans la nuit du 9 au 10 mars, en marge de l’acte 17 des «gilets jaunes» de Tarbes, le temple maçonnique du Grand Orient de France, installé depuis 130 ans dans la rue Léon-Dalloz, était vandalisé. Des dizaines de manifestants avaient lancé des projectiles sur la façade et, à l’Intérieur, des vitres avaient été cassées et des épées volées.

Ce jeudi, huit personnes seront jugées en comparution immédiate dans le cadre de cette affaire. Après enquête du service département de renseignement territorial et de la sûreté urbaine, six hommes et deux femmes, âgés de 22 à 47 ans, ont été interpellés mardi rapporte La Nouvelle République des Pyrénées.

La moitié vit dans les Pyrénées-Atlantiques, l’autre dans les Hautes-Pyrénées a indiqué le procureur de la République de Tarbes, Pierre Aurignac.

Ce dernier a indiqué qu’un certain nombre d’entre eux vouaient une profonde détestation aux francs-maçons et avaient ciblé le temple.

Justice

«Gilets jaunes» dans l’Aude: Les manifestants qui s’étaient introduits chez une députée condamnés à un stage de citoyenneté

Justice

Procès d’Eric Drouet: «On ne peut pas se déclarer pacifiste et venir armé à une manifestation !»

100 partages