Gérald Darmanin multiplie les polémiques et crée le malaise au sein du gouvernement – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, lors du rassemblement des policiers devant l’Assemblée nationale, à Paris, le 19 mai.

Deux tweets, un désaveu, et un recul contraint et forcé. Quarante-huit heures après avoir déclaré vouloir porter plainte pour diffamation contre la candidate socialiste aux élections régionales en Ile-de-France, Audrey Pulvar, pour des propos tenus contre la manifestation de policiers à proximité de l’Assemblée nationale, ainsi que sur le racisme dans les rangs des forces de l’ordre, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a été invité à calmer le jeu. « J’ai entendu, ce matin, les propos de madame Audrey Pulvar sur LCI explicitant clairement que, pour elle, la police n’était pas raciste. J’en prends acte. Je lui propose de la rencontrer dans les prochains jours », a assuré sur Twitter, mardi 25 mai, le locataire de la place Beauvau. Une main tendue que la candidate socialiste a indiqué « saisir avec enthousiasme » , le jour même, lors d’une conférence de presse.

Dimanche, Gérald Darmanin s’était indigné sur le réseau social que certaines expressions de la candidate « dépassent le simple cadre d’une campagne électorale et viennent profondément diffamer la police de la République ». « Je porte plainte au nom du ministère de l’intérieur », assurait-il. Dans son viseur, notamment, la sortie de Mme Pulvar, samedi 22 mai, sur Franceinfo, qui avait assuré trouver « glaçante » la mobilisation des policiers, destinée, selon elle, à « faire pression sur les députés en train d’examiner un texte de loi concernant la justice ». M. Darmanin entendait également dénoncer à travers sa plainte, selon son entourage, des propos tenus par l’ancienne journaliste, en 2020, contre le racisme dans la police. Selon une source au sein de l’exécutif, il ne serait désormais plus question de déposer la moindre plainte, même si au ministère de l’intérieur on continue à dire que « rien n’est acté ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections régionales 2021 : en pleine polémique, Audrey Pulvar ciblée par Gérald Darmanin et Valérie Pécresse

La rapidité de ce recul témoigne de l’émoi suscité jusque dans la majorité par l’annonce de Gérald Darmanin. Ni Emmanuel Macron ni Jean Castex n’avaient été informés de son initiative. « Le ministre travaille en confiance avec le président et le premier ministre. Il travaille sans demander leur autorisation », précise-t-on au ministère de l’intérieur. Il reste que le président de la République pas plus que le premier ministre « n’aiment les surprises », souffle un proche du chef de l’Etat. Depuis dimanche, des échanges ont eu lieu entre l’Elysée et la Place Beauvau pour tenter de dégonfler la polémique. « Il y a beaucoup d’énervement et d’hystérisation dans la société, il faut que tout le monde prenne sa part au retour au calme », défend un proche d’Emmanuel Macron. « Il fallait débrancher le truc sans l’humilier, lui », raconte un cadre de la majorité.

Il vous reste 62.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: