A Genève, une centaine de personnes ont manifesté samedi après-midi devant le Palais Wilson, siège du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Elles ont réclamé la tenue d’élections «libres et propres» en Algérie.

«Non à la mafiocratie»

«Vive l’Algérie libre et démocratique», «A bas le régime militaire» ou encore «Pouvoir assassin», ont scandé les manifestants, essentiellement des ressortissants algériens, en arabe. «Assez du pouvoir militaire», «Cessez les faudes électorales», «Non à la mafiocratie», pouvait-on lire sur des pancartes.

«Le peuple algérien veut une transition pacifique. Il doit avancer uni», a déclaré en français un des orateurs, saluant les manifestations qui ont lieu depuis trois semaines en Algérie contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

«Examens médicaux»

Celui-ci est hospitalisé depuis plus de douze jours aux Hôpitaux universitaires de Genève, officiellement pour subir des «examens médicaux». La situation était calme samedi en début d’après-midi aux abords de l’hôpital, dont l’entrée est surveillée par les forces de l’ordre.

Des manifestations contre un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika ont eu lieu de plusieurs autres villes d’Europe ou du pourtour méditerranéen. Elles étaient ainsi aussi une centaine de personnes à manifester à Tunis, selon l’AFP. (ats/nxp)

Créé: 09.03.2019, 18h59