Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : “J’avais lancé des dizaines d’alertes”, assure l’ex-épouse du tireur – Sud Ouest

Spread the love
  • Yum

Deux jours après la mort de trois gendarmes et la blessure grave d’un quatrième dans la nuit de mardi à mercredi près de Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, les révélations de l’ex-épouse du tireur, Frederik L., soulèvent une question gênante : le drame aurait-il pu être évité ?

Jeudi, dans une interview accordée au Dauphiné Libéré, l’ex-femme du meurtrier des trois militaires raconte son quotidien lorsqu’elle partageait la vie de Frédérick L., qu’elle décrit comme un mari violent : “Il a essayé de m’étrangler, j’ai pu me sauver”, rapporte-t-elle. “Je croyais qu’il nous tuerait tous”, poursuit-elle.

“Je savais qu’il était dangereux”

Victime de cette violence, l’ex-épouse assure avoir alerté les forces de l’ordre à plusieurs reprises : “J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux (…) J’ai même écrit à Marlène Schiappa”, alors secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes. “Rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer”.

Cette femme, qui se dit “en colère”, raconte l’histoire d’un homme qui a soudainement changé en 2012, devenant violent et survivaliste : “Quand j’ai accouché, il m’a donné une radio militaire, pour que l’on puisse communiquer en cas de fin du monde” se remémore-t-elle. Désormais, elle ressasse ses regrets de ne pas avoir été entendue : “Aujourd’hui, il y a quatre orphelins, si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là. J’ai tout essayé”.

Leave a Reply

%d bloggers like this: