Crédits : MobileFun

À ce stade, ce ne sont plus des fuites que Samsung doit essayer de combler, c’est une inondation. Il faut dire que les caractéristiques de ses futurs Galaxy S10 se précisent de plus en plus à l’approche de la présentation officielle des téléphones, toujours prévue pour le 20 février prochain. Quelques jours seulement avant le MWC 2019.

Cette fois, ce n’est pas le constructeur sud-coréen qui est responsable des derniers bruits de couloir concernant le Galaxy S10, mais Max Weinbach, membre éminent du site XDA Developers. Sur Twitter, il s’est ainsi fendu d’une série de messages dans lesquels il détaille ce que nous réserve Samsung avec les différents S10, et même avec le Galaxy F.

De la RAM en veux-tu en voilà

D’un point de vue du design, le Galaxy S10 sera plus proche du Note 9 que du Galaxy S9. La forme du haut-parleur devrait être la même, tout comme le fait d’avoir le capteur cardiaque et le flash séparés et non plus présents dans un seul bloc.

Le dos du téléphone est décrit comme “brillant”, ce qui tranche avec la finition plus mate des S9. Pour ce qui est de la photographie, les S10 et S10 Lite n’embarqueront que deux capteurs dorsaux, de 16 et 12 MPx. Les S10+ et S10+ 5G, eux, pourront compter sur une troisième caméra à longue focale de 13 MPx.

Hormis le S10 Lite, qui se place comme la mouture entrée de gamme, tous les appareils bénéficieraient d’un capteur d’empreintes situés sous l’écran. Pour le S10 Lite, le capteur se glissera sur le côté.

Sous le capot, la mémoire interne et la RAM varient selon les modèles. Ainsi, le S10 Lite pourrait proposer 128 Go de stockage et 4 Go de RAM. Des chiffres qui grimpent à 256 Go et 6 Go pour le S10 classique. Le S10+ offrirait, lui jusqu’à 8Gb de RAM et 512 Go de mémoire interne. Dans sa déclinaison 5G, le S10 pousserait les potards à fond en misant sur 12 Go de RAM et 1 To de stockage. Des caractéristiques que partagerait le smartphone pliable Galaxy F.

Enfin, le Galaxy S10+ 5G serait, à sa sortie, une exclusivité de l’opérateur Verizon. Reste à savoir s’il trouvera son chemin jusqu’à nos vertes contrées.