Fusillades à Vienne : «Nous ne céderons rien», assure Macron – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Emmanuel Macron s’est entretenu lundi soir avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, à qui il a «exprimé sa totale solidarité, son soutien et proposé l’aide de la France si nécessaire», après l’attaque perpétrée à Vienne, faisant au moins deux morts dont un assaillant. «Nous, Français, partageons le choc et la peine du peuple autrichien (…). Après la France, c’est un pays ami qui est attaqué. C’est notre Europe. Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien», a tweeté le chef de l’État en français puis en allemand.

Le chancelier autrichien a condamné lundi soir «une attaque terroriste répugnante». «Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens», a-t-il écrit sur Twitter, disant ses pensées pour «les victimes, les blessés et leurs proches».

L’Union européenne a «condamné avec force» les fusillades mortelles, un acte qualifié de «lâche» dans un tweet par le président du Conseil européen, Charles Michel. «L’Europe condamne avec force cet acte lâche qui viole la vie et nos valeurs humaines. Mes pensées vont aux victimes et aux habitants de Vienne après l’horrible attaque de ce soir. Nous sommes aux côtés de l’Autriche», a écrit le responsable, qui représente les Vingt-sept.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est dit «choqué et ému» par ces «attaques», jugeant sur Twitter qu’il s’agissait d’«un acte de lâcheté, de violence et de haine». «Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles ainsi qu’aux citoyens de Vienne. Nous sommes à vos côtés», a-t-il ajouté.

«Partout sur notre continent, nous sommes unis contre la violence et la haine», a pour sa part twitté le président du Parlement européen, l’Italien David Sassoli.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a indiqué qu’«il n’y a pas de place pour la haine et la violence dans notre maison européenne commune», tandis que le ministre des Affaires étrangères italien Luigi Di Maio a tweeté que «l’Europe doit réagir» après cette «lâche attaque».

Leave a Reply

%d bloggers like this: