Français tués au Niger : le parquet antiterroriste ouvre une enquête pour assassinats – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé lundi 10 août avoir ouvert une enquête pour «assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste» après l’attaque dimanche au Niger, qui a fait huit morts dont au moins six Français. Il s’agit de 4 hommes et 4 femmes, âgés entre 25 et 50 ans, selon l’ONG Acted.

L’enquête «a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), en co-saisine avec la Sous-direction anti-terroriste (Sdat)», a précisé le Pnat dans son communiqué, sans confirmer le nombre des victimes françaises.

L’ONG Acted a indiqué lundi que sept de ses membres avaient été tués dimanche ainsi qu’un guide nigérien. Nous ne savons pas précisément si ces 7 personnes étaient toutes françaises. D’après les autorités nigériennes, ce sont six Français et deux Nigériens – leur chauffeur et un guide touristique – qui ont été tués. Paris n’a pas confirmé ce bilan détaillé.

Emmanuel Macron a dénoncé dimanche soir «l’attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires» et affirmé que «tous les moyens» seront mis en oeuvre pour «élucider» les circonstances de cet «attentat», selon un communiqué de la présidence française. Le chef de l’Etat, qui s’est entretenu avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, a ajouté que «leur détermination à poursuivre la lutte en commun contre les groupes terroristes au Sahel» demeurait «intacte».

Le chef de l’Etat français présidera mardi matin en visioconférence un conseil de défense consacré à la situation au Niger. Plus de 4500 soldats français y sont déployés dans le cadre de l’opération Barkhane. Cette réunion se déroulera depuis le fort de Brégançon, à Borme-les-Mimosas (Var), où Emmanuel Macron est en vacances. Il sera suivi d’un second conseil de défense, axé sur le Covid-19.

«L’attaque au Niger a eu lieu dimanche matin à 6 km à l’est de la localité de Kouré» qui se trouve à une heure en voiture de Niamey sur la route nationale numéro 1. Les meurtres n’ont pas été revendiqués, mais ils surviennent dans un pays régulièrement frappé par les groupes jihadistes sahéliens, dont l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *