Fibre optique : le confinement ne freine pas l’engouement pour le FttH

Spread the love
  • Yum

Fibre optique : le confinement ne freine pas l'engouement pour le FttH

Le confinement n’a pas stoppé l’engouement des Français pour le très haut débit. Bien au contraire, le nombre d’abonnements à des offres de connectivité à très haut débit – c’est-à-dire d’un débit maximum descendant supérieur ou égal à 30 Mbit/s – atteint désormais 12,6 millions de foyers, soit une hausse de 645 000 au cours du deuxième trimestre 2020. Comme l’indiquent les derniers chiffres livrés par l’Arcep, 42 % des foyers français abonnés à une offre de connectivité bénéficient désormais d’un accès internet à très haut débit, soit une hausse de 8 points sur un an.

Un succès porté principalement par l’engouement pour les offres FttH, qui portent pratiquement l’intégralité de la croissance, avec une progression de 635 000 abonnements au cours du deuxième trimestre 2020, pourtant marqué du sceau du confinement. « Au 30 juin 2020, le nombre d’accès en fibre optique de bout en bout s’élève à 8,3 millions de lignes”, soit les deux tiers du nombre total d’accès à très haut débit, relève le gendarme français des télécoms. Au total, le nombre d’abonnements à très haut débit représente 48 % du nombre de locaux éligibles au très haut débit, en croissance de 1 point en un an.

Reste que cette tendance doit beaucoup aux avancées considérables du déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire. Au cours du deuxième trimestre 2020, ce sont ainsi plus de 1,2 million de locaux supplémentaires qui ont été rendus raccordables à la fibre optique de bout en bout, soit environ 10 % de plus que sur la même période de l’année précédente. Comme attendu par tous les acteurs du secteurs, l’Arcep constate toutefois que ce déploiement a été en partie freiné lors du confinement.

publicité

20,8 millions de locaux exigibles au FttH

« La situation sanitaire liée à la Covid-19 n’a pas permis aux opérateurs de poursuivre leur importante accélération observée en fin d’année dernière », fait ainsi observer le régulateur. Pour rappel, alors que la filière s’attendait à battre un nouveau record en déployant 5,3 millions de prises supplémentaires en 2020 après en avoir déjà réalisé 4,8 millions en 2019, la crise sanitaire a jeté un froid sur leurs ambitions.

« On s’attend à redescendre à 4,3 millions de prises construites en 2020, soit un million de moins qu’attendu, ce qui nous fait revenir à un rythme inférieur à celui constaté en 2019 », faisait ainsi savoir en juin dernier l’organisation Infranum, qui fédère l’ensemble des acteurs industriels de la fibre optique. Une performance en-deçà des attentes, qui a toutefois été saluée par l’Arcep lors de la publication ce mercredi de ses chiffres trimestriels.

« Le rythme de déploiement des opérateurs est resté soutenu : le deuxième trimestre est légèrement supérieur au premier, mis à part dans les zones très denses où un ralentissement est observé », relève ainsi l’Autorité, qui précise que 20,8 millions de locaux étaient éligibles aux offres FttH au 30 juin dernier, soit une hausse de 33 % en un an. Sans oublier de saluer l’implication des parties prenantes dans le déploiement de la fibre optique de bout en bout dans les zones moyennement denses, où plus de 700 000 locaux ont été rendus éligibles au FttH au cours du deuxième trimestre 2020.

Un dynamisme qui s’observe également dans les zones rurales, dites d’initiative publique, où plus de 400 000 locaux ont été rendus éligibles à la fibre optique au cours du trimestre, dont deux tiers ont été ouverts à des mécanismes de mutualisation afin d’y stimuler la concurrence entre opérateurs. Au total, à la fin du deuxième trimestre 2020, 26,1 millions de locaux étaient éligibles à des services à très haut débit, toutes technologies confondues, dont 19,4 millions en dehors des zones très denses.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *