Mercredi, heure française, de nombreux utilisateurs des services Facebook se plaignaient de l’indisponibilité des applications. La plateforme, qui avait rapidement exclu une attaque DDoS, a depuis expliqué cette panne.

Comme fin 2018, c’est une modification dans la configuration de ses serveurs qui a provoqué un important dysfonctionnement des services Facebook, et causé la plus longue panne enregistrée à ce jour par le géant.

Tolérance aux coupures en diminution

Downdetector a reçu environ 7,5 millions de rapports d’utilisateurs de Facebook, WhatsApp et Instagram pendant la panne. C’est là aussi la plus importante pour ce service, loin devant la panne YouTube d’octobre dernier avec 2,7 millions signalements.

« Les gens dépendent de plus en plus des services numériques comme Facebook, Instagram et YouTube, ce qui explique que nous soyons témoins d’un nombre sans cesse croissant de problèmes pendant les pannes » réagit Tom Sanders, co-fondateur de Downdetector.

« La tolérance aux périodes d’indisponibilité diminue et les individus s’attendent de plus en plus à ce que les services fonctionnent sans faille 365 jours par an. » Une attente que partagent sans doute aussi les clients annonceurs de Facebook.

Le réseau social génère l’essentiel de ses recettes grâce à la publicité. Or ses produits destinés aux annonceurs ont eux aussi été affectés par la panne de cette semaine. Ces clients seront-ils remboursés par Facebook, et si oui, selon quelles modalités ?

Interrogé, un porte-parole du réseau social répond que Facebook ne partage aucun détail sur les remboursements pour le moment.