Facebook va verser 1 milliard de dollars aux médias

Spread the love
  • Yum

Les grandes plateformes en ligne doivent-elles rémunérer les médias lorsque des liens vers du contenu d’actualité sont partagés sur ces plateformes ? Actuellement, c’est un sujet qui est débattu dans de nombreux pays.

Les débats étaient particulièrement houleux à ce sujet en Europe et en France, lors de l’adoption de la directive européenne sur le droit d’auteur. Par ailleurs, récemment, on a pu assister à un débat similaire en Australie.

En effet, récemment, ce pays a adopté une nouvelle loi qui vise à faire payer les plateformes telles que Google ou Facebook pour le contenu d’actualité. Et durant ce processus d’adoption, Facebook a même décidé de bannir les contenus d’actualité de son réseau social, avant de faire machine arrière.

Comme nous l’évoquions dans un précédent article, le numéro un des réseaux sociaux a finalement changé d’avis, après qu’un accord ait été trouvé avec le gouvernement australien.

Facebook se dit prêt à soutenir les médias, mais ne veut pas être taxé pour les liens

Dans un billet publié mercredi, Nick Clegg, le vice-président de Facebook chargé des affaires internationales, a publié un billet de blog afin de clarifier la situation en Australie, mais également pour évoquer la politique du réseau social par rapport aux médias.

« Les affirmations – largement répétées ces derniers jours – selon lesquelles Facebook vole ou prend le journalisme original à son profit ont toujours été et restent fausses. Nous ne prenons ni ne demandons le contenu pour lequel on nous a demandé de payer un prix potentiellement exorbitant. En fait, les liens d’actualités ne représentent qu’une petite partie de l’expérience de la plupart des utilisateurs sur Facebook », écrit-il.

Pour lui, forcer Facebook à payer pour les liens partagés sur sa plateforme aurait été comme « obliger les constructeurs automobiles à financer les stations de radio parce que les gens pourraient les écouter dans la voiture – et laisser les stations fixer le prix. »   

Mais fort heureusement, des négociations ont eu lieu. Et de son côté, Facebook s’engage à investir dans la presse, comprenant que l’arrivée d’internet a pu perturber le modèle économique de certains médias.

« Nous reconnaissons absolument qu’un journalisme de qualité est au cœur du fonctionnement des sociétés ouvertes – informer et responsabiliser les citoyens et demander des comptes aux puissants. C’est pourquoi nous avons investi 600 millions de dollars depuis 2018 pour soutenir l’industrie de l’information et prévoyons au moins 1 milliard de dollars supplémentaires au cours des trois prochaines années », a annoncé Nick Clegg.

En annonçant cette nouvelle initiative à un milliard de dollars, Facebook s’inspire de Google. Actuellement, la firme de Mountain View travaille sur une nouvelle expérience appelée Google News Showcase qui mettra en avant et donnera accès à des contenus de presse de qualité, pour lesquels les médias seront rémunérés.

Et afin de financer les médias qui participeront à ce programme, Google avait annoncé qu’il verserait un milliard de dollars sur trois ans à des éditeurs de presse pour utiliser leurs contenus.

3.5 / 5

14,2 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: