Le réseau social est mis en cause dans sa gestion des données personnelles. Malgré de solides résultats, son bénéfice net a été divisé par deux au premier trimestre.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 23h50 – Mis à jour le 25 avril 2019 à 00h44

Temps de Lecture 2 min.

Le réseau social Facebook prévoit une amende record suite au scandale des fuites de données vers la firme britannique Cambridge-Analytica qui a éclaté en mars 2018.

Le réseau social Facebook prévoit une amende record suite au scandale des fuites de données vers la firme britannique Cambridge-Analytica qui a éclaté en mars 2018. LIONEL BONAVENTURE / AFP
Une gestion très controversée des données personnelles et une potentielle amende record aux Etats-Unis. Malgré de solides résultats, Facebook a vu son bénéfice net divisé par deux au premier trimestre 2019.

Lire aussi Le contrôle des données numériques personnelles est un enjeu de liberté collective

Le réseau social, qui a quand même affiché 2,43 milliards de dollars de bénéfice, a annoncé mercredi 24 avril avoir inscrit dans ses comptes la somme de 3 milliards en prévision d’une probable sanction de l’agence de régulation fédérale (FTC) mais précise que le total pourrait atteindre jusqu’à 5 milliards de dollars.

L’agence de régulation cherche à savoir si Facebook n’a pas enfreint un accord à l’amiable datant de 2011, selon lequel il s’engageait au respect des données personnelles et à la transparence quant à leur utilisation. Le régulateur avait ouvert des investigations après l’éclatement, en mars 2018, du scandale des fuites de données vers la firme britannique Cambridge Analytica.

« Au premier trimestre, nous avons raisonnablement estimé une perte probable et inscrit 3 milliards de dollars liés à l’enquête de la FTC », a écrit le groupe. « Le dossier reste en cours et il n’y a aucune certitude quant à la date et aux termes définitifs » de cette affaire.

La presse américaine a évoqué ces dernières semaines des négociations entre Facebook et la FTC sur le montant de la pénalité, dont la somme évoquée jusqu’ici tournait plutôt autour de 2 milliards de dollars.

Outre la FTC, le gendarme boursier (SEC), ainsi que le ministère de la justice enquêtent sur les pratiques du réseau social, qui font aussi l’objet de plaintes venant d’Etats américains ou d’actionnaires.

Lire aussi Mark Zuckerberg prône un « rôle plus actif » des Etats pour réguler Internet

Controverses à répétition

Egalement à cause de cette provision de 3 milliards de dollars, le bénéfice ressort à 85 cents par action, moins qu’attendu.

Toutefois, à 15,1 milliards (+ 26 %), le chiffre d’affaires est un peu au-dessus des attentes. Le nombre d’utilisateurs mensuels actifs est de 2,38 milliards, conformes aux attentes des marchés, de même que le nombre d’usagers quotidiens (1,56 milliard).

Deux chiffres qui ont réjoui les investisseurs, qui se concentrent en règle générale sur l’activité des entreprises : mercredi soir, le titre prenait 4,8 % dans les échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

En partie à cause de cette amende probable de la FTC, les dépenses de Facebook ont explosé de 80 % à 11,8 milliards de dollars.

Le groupe est depuis plus de deux ans aux prises avec les controverses à répétition, de la manipulation du réseau à des fins politiques à la gestion des données de ses utilisateurs, qui constituent le fondement de son modèle économique.

Lire aussi Comment Facebook compte empêcher toute ingérence et manipulation pendant les européennes

Elus ou régulateurs tirent à boulets rouges sur le groupe, qui fait l’objet de poursuites et d’enquêtes tous azimuts dans plusieurs pays, outre les Etats-Unis.