Facebook lance sa propre enceinte connectée dotée d’un écran. Deux modèles, Portal et Portal +, seront commercialisés mi-novembre aux Etats-Unis.

Facebook s’aligne sur les autres GAFA que sont Google et Amazon. L’entreprise connue pour son réseau social a annoncé le 8 octobre le lancement de deux enceintes dotées d’un écran estampillé Facebook. Une première pour la société de Mark Zuckerberg qui n’avait jusqu’alors commercialisé des produits que sous la marque Oculus. Au côté des casques de réalité virtuelle, on pourra bientôt compter sur des enceintes connectées dotées d’un écran. Leurs noms ? Portal et Portal +.

Portal et Portal +, la visioconférence selon Facebook

portal modeles facebook

portal modeles facebook

Contrairement à l’Amazon Echo Spot et la JBL Link View, ces deux enceintes sont avant tout proposées comme des appareils de visioconférence. Facebook n’y injecte pas sa propre IA, mais intègre la cohorte d’entreprises qui utilisent l’assistant vocal Amazon Alexa. Le champion des réseaux sociaux vante la possibilité de passer des appels vidéo à ses proches par le biais de Messenger, le contrôle à la voix, la prise de photos et leur partage sur son fil d’actualités. Par ailleurs, un petit bouton permettra de partager ses stories. Pour rappel, ce sont de courtes vidéos augmentées à l’aide de filtres et de musiques disponibles pendant 24 heures.

En ce sens, la caméra (12 millions de pixels) utilisée est dopée par un logiciel et des capteurs. Quand un utilisateur se déplace, le dispositif suit ses mouvements ou élargit le champ de vision afin de conserver la fluidité de la conversation. De même, si plusieurs personnes se présentent devant la caméra, l’algorithme va s’adapter à ce schéma de discussion.

De vrais produits connectés

Pour ce faire, Portal est doté d’un écran de 10,1 pouces d’une résolution de 1280 x 800 pixels. Le modèle Portal + profite d’un écran rotatif de 15 pouces sous une résolution Full HD (1920 x 1080 pixels). Ces deux produits sont en précommande aux États-Unis au prix de 199 et 349 dollars. Pour l’occasion, Facebook propose une ristourne de 100 pour l’achat de deux appareils identiques.

L’apport d’Amazon Alexa n’est pas seulement là pour faire joli. Il s’agit non seulement d’enclencher les discussions vidéos à la voix, mais aussi de piloter les objets connectés, de demander la météo, d’afficher une recette de cuisine, bref tout ce que l’on peut habituellement faire avec un Amazon Echo Spot ou Show.

Un lancement à double tranchant

Évidemment, une telle gamme de produits pourrait provoquer une levée de boucliers aux États-Unis. Après l’affaire Cambridge Analytica, Facebook veut se protéger de toute controverse concernant les données privées de ses utilisateurs. La société a donc fait le choix d’intégrer un cache logiciel et physique à son produit. Il est bien évidemment possible de couper les microphones des Portal et Portal +. De même, il n’est pas question d’intégrer un logiciel de reconnaissance faciale ou d’identification.

Facebook assure que l’assistant fonctionne depuis le produit et non pas depuis ses serveurs, que les conversations vidéos sont chiffrées et qu’elle conserve uniquement les commandes vocales supprimables depuis l’application. Enfin, la gestion des données est confiée à Amazon, ce qui est un argument pour se dédouaner, mais qui n’est pas recevable en Europe. GDPR oblige.

Portal et Portal + s’alignent sur la concurrence portée par Google. En effet, la firme de Mountain View a annoncé plusieurs partenariats, notamment avec JBL et LG, pour proposer des enceintes connectées dotées d’un écran. La firme de Mark Zuckerberg compte se différencier en incarnant son réseau social au sein d’un objet connecté. Ils pourraient rapidement devenir des fers de lance de cette catégorie de produits équipés d’Amazon Alexa. Les deux entreprises semblent prêtes à s’associer pour concurrencer Alphabet.