Face à la crise, le CNC accepte de déroger à la chronologie des médias

Spread the love
  • Yum

La chronologie des médias fait régulièrement parler dans le monde du septième art. Pour rappel, il s’agit de la règle qui définit l’ordre et les délais de retransmission des œuvres cinématographiques dans l’Hexagone. En clair, l’exploitation d’un film doit se faire de manière exclusive en salle pendant une durée de quatre mois à la suite de l’attribution de son visa d’exploitation et, durant ce laps de temps, il ne peut en principe pas être diffusé directement en streaming ou via des formules de vidéo à la demande.

Les choses sont toutefois en train de bouger. Le monde du cinéma est en effet inquiet face à la profusion de long-métrages qui ont dû retarder leur sortie et le risque d’embouteillage est bien là. Dès lors, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) vient de voter une mesure visant à faciliter la diffusion de films hors des salles dès leur sortie.

Une exception valable jusqu’à un mois après la réouverture des salles

Cité par nos confrères de Cnet, Dominique Boutonnat, le président du CNC explique :

Il serait préjudiciable à la fois pour le public et pour nos créateurs qu’en raison d’un trop grand nombre de films disponibles, les grosses productions notamment américaines privent d’exposition les œuvres plus diversifiées. Il est fondamental que chaque œuvre puisse rencontrer son public.

L’établissement public est donc prêt à accorder une dérogation spéciale et « exceptionnelle » pour une sortie anticipée en VOD, sur les plateformes de streaming ou sur les chaînes de télévision, voire en format physique. Les productions intéressées pourront déposer leurs demandes auprès du CNC « pendant toute la période de fermeture des salles et jusqu’à un mois après la date de réouverture ».

À noter que cet assouplissement de la chronologie des médias ne remet pas en cause la règle « ni son évolution prochaine, qui fait l’objet d’une négociation spécifique au sein du secteur ».

Pour rappel, ce sujet est aussi très discuté aux États-Unis où des géants du divertissement comme WarnerMedia et Disney ont choisi de diffuser certains de leurs films simultanément en streaming et dans les salles obscures. Des mesures qui inquiètent beaucoup les exploitants et l’industrie cinématographique dans son ensemble.

Leave a Reply

%d bloggers like this: