Explosions à Beyrouth : au moins 16 fonctionnaires du port placés en détention dans le cadre de l’enquête – franceinfo

Spread the love
  • Yum

Leurs identités et les accusations dont ils font l’objet n’ont pas été précisées.

Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth et des autorités douanières ont été placés en détention, dans le cadre de l’enquête sur l’explosion meurtrière et dévastatrice d’un entrepôt renfermant des tonnes de nitrate d’ammonium. L’information a été communiquée par le procureur militaire Fadi Akiki, jeudi 6 août.

Il s’agit de “responsables du conseil d’administration du port de Beyrouth et de l’administration des douanes, et des responsables des travaux d’entretien et des (ouvriers) ayant effectué des travaux dans le hangar numéro 12”, où étaient stockées les tonnes de nitrate d’ammonium, précise le communiqué. Les dates des arrestations, les accusations et les identités n’ont pas été précisées.

L’explosion dans le port de Beyrouth mardi a fait plus de 130 morts et 5 000 blessés, et dévasté des quartiers entiers. Elle a à son origine selon les autorités les 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis six ans dans un entrepôt “sans mesures de précaution”, de l’aveu même du Premier ministre Hassan Diab. Les autorités libanaises affirment que l’entrepôt a explosé après un incendie.

Autorités du port, services des douanes et certains services de sécurité étaient tous au courant que des matières chimiques dangereuses étaient entreposées là mais ils se sont rejetés mutuellement la responsabilité. En juin 2019, la sûreté de l’Etat a lancé une enquête sur cette cargaison, après des plaintes répétées sur des odeurs nauséabondes qui émanaient du hangar.

Elle avait signalé que l’entrepôt contenait “des matières dangereuses qu’il est nécessaire de déplacer” et indiqué que les parois de l’entrepôt étaient lézardées et recommandé qu’il soit réparé. La direction du port, qui était au courant du caractère dangereux des produits, a finalement envoyé il y a quelques jours des ouvriers colmater les fissures de l’entrepôt. Ces travaux, selon les sources de sécurité, auraient été à l’origine du drame, selon les autorités.

Par ailleurs, un responsable proche du dossier a assuré à l’AFP, sous couvert d’anonymat, que la Banque centrale du Liban avait ordonné un gel des avoirs de sept responsables du port et des douanes, dont le directeur des douanes, Badri Daher. Une source bancaire a confirmé que les banques commerciales avaient reçu la circulaire de la Banque centrale, qui a décidé aussi de la levée du secret bancaire pour tous les comptes ces sept personnes ou même leurs proches.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *