SONDAGE – Selon la deuxième vague d’enquête Harris Interactive-Agence Epoka pour LCI, RTL et Le Figaro, le match entre La République en marche et le Rassemblement national pour les élections européennes se confirme. Jaugée sous la barre des 10% en décembre, Les Républicains progressent et s’alignent à 14%.

Le duel se confirme. À moins de trois mois des élections européennes, La République en marche fait toujours la course en tête dans les sondages, au coude-à-coude avec le Rassemblement national (ex-FN). Dévoilé dimanche, le dernier sondage Harris interactive-Agence Epoka pour RTL, LCI et Le Figaroconforte le match. Si le scrutin avait lieu dimanche prochain, le mouvement présidentiel – qui n’a toujours pas désigné sa tête de liste – recueillerait en effet 22% des voix, le RN 21%. Compte tenu de la marge d’erreur (environ 2,5 points), difficile cependant de déterminer laquelle des deux décrocherait la première place.

Le sursaut de LR

Si le reste de l’opposition est loin derrière, les Républicains connaissent un léger sursaut. Troisième, la liste conduite par le philosophe François-Xavier Bellamy est créditée de 14%. Une bonne nouvelle pour le parti de Laurent Wauquiez qui était jaugé sous la barre des 10% au mois de décembre dernier. La liste LR a notamment gagné deux points depuis la première vague d’enquête Harris Intercative-Agence Epoka, il y a deux semaines.

La gauche, en ordre dispersé – on compte pour l’heure sept listes en comptant Europe Ecologie-Les Verts – ne parvient à dépasser les 10%. La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, menée par Manon Aubry, stagne à 9% des voix. Elle dépasse d’un point la liste EELV de Yannick Jadot (8%). Encore plus bas, le Parti socialiste perd un point et s’effondre à 5%. Le minimum requis pour envoyer quelques députés au Parlement européen… La liste de Debout La France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, serait clouée au même score. Génération-s, le mouvement de Benoît Hamon, ne parvient pas non plus à décoller et ne récolterait de son côté que 3% des voix.

Longtemps redoutée par les forces politiques de l’opposition, la présence d’une liste «gilets jaunes» ne modifierait finalement que peu la donne. Seuls Le Rassemblement national, Les Républicains et le PCF (2%) ne perdraient qu’un petit point. Pas de quoi bouleverser le jeu politique…

Si nombreuses formations politiques disent ne pas se préoccuper – ou disent carrément se «méfier» des sondages – tous font feu contre Emmanuel Macron. Elles estiment que le chef de l’État a profité du «grand débat national» pour mener campagne avec ses longues interventions retransmises à la télévision.